.Contemporanéités de l’art | Art Contemporain - Photographie - Arts Plastiques | Grand Sud - Philippe Cadu

________________

Lieux d’expositions

_Soutenez le site_

________________ OoOoOoOoOoOoOoO

WE de l'art contemporain

WE ACT 7° édition Week-end de l’art contemporain de l’agglomération toulousaine

du jeudi 5 au dimanche 8 mars 2015
Parcours bus / expositions / rencontres / performances / concerts

WE-ACT — 7E ÉDITION — Le Week-end de l’art contemporain, ce sont des expositions et de nombreux événements, performances, lancements d’éditions, attestant du dynamisme du territoire.

— Le Week-end de l’art contemporain, c’est une circulation des publics facilitée entre les différents lieux d’exposition avec des parcours en bus. À chaque point du parcours, l’accueil se fera par une visite commentée.
— Le Week-end de l’art contemporain, c’est aussi un événement festif à l’institut supérieur des arts de Toulouse le vendredi 6 mars.
 .
Le réseau Pinkpong fédère des structures de diffusion de l’art contemporain de la région toulousaine autour d’un événement commun pour valoriser et transmettre la création artistique contemporaine à un public large. Il se compose de 17 membres : Frac, musées, galeries, école d’art, espaces et centre d’art contemporain.
À l’heure où il est bon de se rassembler, de questionner le monde, d’ouvrir son regard, le Week-end de l’art contemporain réunit les acteurs de l’art contemporain d’un même territoire autour d’un événement annuel qui agitera l’actualité culturelle du grand Toulouse du 5 au 8 mars.
BBB - WE de l'art contemporain

Exposition collective « Trouble in painting » au BBB| Toulouse

Emmanuelle Castellan Archive huile sur toile et peinture en bombeJagna Ciuchta, photo d'atelier, 2015 http://www.lebbb.org/

du 4 mars au 2 mai 2015
vernissage mardi 3 mars | 19h

Joan Ayrton, Emmanuelle Castellan, Jagna Ciuchta, Ursula Döbereiner, Guillaume Durrieu, Kerstin Drechsel, Friederike Feldmann, Henry Kleine, Katharina Schmidt

Aujourd’hui, quel genre de peinture, quel genre d’exposition produisons-nous, envisageons-nous, défendons-nous, à titre individuel et collectif ?
« Trouble in painting », à l’initiative de l’artiste Katharina Schmidt, professeur à l’institut supérieur des arts de Toulouse, est une exposition collaborative qui déplace les questions et notions de genre vers celles des pratiques picturales et curatoriales contemporaines. L’exposition Jagna Ciuchta Eat the Blueproduite par le BBB centre d’art s’inscrit dans le programme de recherche « Genre 2030 » de l’isdaT beaux-arts.

_production BBB centre d’art, Toulouse
_coproduction isdaT beaux-arts, Toulouse
_« Genre 2030 », projet de recherche porté par Katharina Schmidt et Hervé Sénant à l’isdaT, avec le soutien du ministère de la Culture et de la Communication, en partenariat avec le réseau delapeinture

 

BBB centre d’art 96 rue Michel-Ange  31200 Toulouse Tèl 05 61 13 37 14 
Espace Croix-Baragnon - WE de l'art contemporain

Exposition résidence « Passage » Édition 2015 Lucie B| Espace Croix-Baragnon & (espace III)

Un artiste de Düsseldorf et une artiste de Toulouse, Lucie B.
Lucie B vendredi 6 mars
17 h 30 – 19 h, en amont de la soirée de lancement du WEACT à l’ISDAT ouverture de la résidence de Lucie B. en présence de l’artiste, pour une rencontre privilégiée avec le public.
Dans le cadre du programme d’échanges artistiques Passage entre les villes de Toulouse et de Düsseldorf et du WEACT – Weekend de l’art contemporain, événement Pinkpong – réseau d’art contemporain de l’agglomération de Toulouse.
L’Espace Croix-Baragnon accueille en résidence un ou une artiste de Düsseldorf, formé à la Kunstakademie. Il sera rejoint par Lucie B., vivant à Toulouse, dont le travail, poétique et engagé, est lié à la mise en scène de soi. Les plasticiens installent leurs ateliers dans  l’Espace III, travaillant en vue d’une exposition dans la galerie. Pour Lucie B, il s’agira de mettre en forme le matériel iconographique collecté à l’occasion de ses quatre voyages à Tchernobyl.
Lucie B. clôturera sa résidence sous la forme d’un banquet, accompagné d’un bal, afin de se réunir pour échanger gaiement autour de l’avenir de nos terres depuis l’invention du nucléaire, prendre le temps d’évoquer l’accident de Tchernobyl, dans son histoire et son devenir, comme un symbole à connaître, voire un modèle de futur à ne pas ignorer. Partager la connaissance quant au fonctionnement d’une centrale, ce qui distingue le réacteur numéro 4, RBMK, russe de conception, de ceux en France, sous le label Westinghouse.
« J’orchestre la soirée, de l’apéro au banquet, ouvre le bal, raconte mes expériences dans l’univers nucléaire, en images, en dansant, en buvant de la vodka, et surtout en souriant pour que chacun se sente concerné et oublie la peur qui nous empêche parfois de s’intéresser au sujet. »
Du 12 au 13/03/2015 : Galerie Banquet Tchernobyl (action artistique / performance) Lucie B.
Du 18 au 24/03/2015 : Galerie Passage – Edition 2015 Restitution résidence En collaboration avec Lieu Commun et le BBB
Espace Croix-Baragnon 24 rue Croix-Baragnon, 31000 Toulouse Ouvert du mardi au samedi de 12h à 19h
PAM Muret - WE de l'art contemporain

Exposition « Heure Bleue » à la Pam de Muret

Du 5 mars au 16 avril 2015

Vernissage jeudi 5 mars

« Heure Bleue » – Teaser de l’exposition.

coll. les Abattoirs-Frac Midi-Pyrénées © droits réservés ; photogr. Bernard DelormeFranck Scurti, Hip-Hop, 1996-97Basserode, Robert Breer, Angela Bulloch, Joan Duran, Ann Veronica Janssens, Emmanuel Lagarrigue, Franck Scurti

Qui n’a jamais rêvé de se perdre dans l’infini rempli d’étoiles, de plonger tête la première dans l’immensité bleue de l’univers, de s’échapper du temps, de se mettre entre parenthèses, de s’enfermer dans une bulle silencieuse, de voyager à traverse les astres, de parcourir des galaxies ?
Ouvrant une parenthèse avec ses néons lumineux, Franck Scurti invite le spectateur à se soustraire physiquement et temporairement à l’écoulement banal du temps pour pénétrer un espace de sensation et de cognition inédit.
Cet espace c’est celui de l’exposition mais également celui construit ou désigné par les oeuvres. Avec Robert Breer, une sculpture en mouvement se déplace doucement, et seules les limites de la salle affectent sa trajectoire. L’espacement entre les voix diffusées dans l’installation d’Emmanuel Lagarrigue construit des distances tandis que la lumière délimite un vide chez Scurti. C’est un espace physique, fini et quantifiable qui est ainsi désigné.
Au contraire Basserode, Angela Bulloch et Joan Duran s’intéressent à la galaxie, par nature impalpable, infinie et immensurable. Dès lors en donner une représentation tient du subterfuge : parcellaire chez Duran, retenue dans des sphères translucides chez Basserode et symbolisée par le ruban de Möbius chez Angéla Bulloch, réduite chez chacun d’entre eux.
Mais ces artifices sont indispensables pour nous permettre d’effleurer l’insaisissable. On retrouve ce jeu avec notre perception dans la vidéo Ann Veronica Jessens. Telle une
planète, une boule roule indéfiniment, mais la réalité est tout autre puisque c’est le sol qui est filmé au moyen d’une caméra convexe.
La perte de nos repères est renforcée par l’hyper-vigilance nécessaire à la perception des premières oeuvres évoquées : le mouvement à peine perceptible de Loaf de Robert Breer, les chuchotements entremêlés de l’oeuvre de Lagarrigue, où encore le déclenchement inopiné
des néons de Franck Scurti. Les jeux de lumière et d’obscurité, le mouvement infini des sons, des images et des déplacements créés par les oeuvres ajoutent encore à cette sensation.
L’heure bleue, ou encore entre chien et loup, est ce moment incertain où notre perception est troublée. L’exposition Heure bleue est une invitation dans le labyrinthe des perceptions à travers les oeuvres de Franck Scurti, Angela Bulloch, Robert Breer, Joan Duran, Emmanuel
Lagarrigue et Basserode et Ann Veronica Jenssens.
L’exposition est réalisée, dans le cadre d’un projet intitulé Lycéens à l’oeuvre. Quatorze élèves, de terminale littéraire du lycée Pierre d’Aragon accompagnés de leur professeurede philosophie ont réalisé l’exposition à partir d’oeuvres prêtées

Dans le cadre d’un projet intitulé Lycéens à l’œuvre : exposition réalisée par des élèves de Terminale Littéraire du Lycée Aragon de Muret à partir des collections des Abattoirs Frac Midi-Pyrénées.

Plateforme d’Art de Muret, 1 square des combattants d’AFN, 31600 Muret

.