Soyez bien informé !

Abonnez-vous à La Lettre du mois & L’Hebdo du dimanche

Les Incontournables

Contemporanéités de l'art soutient la jeune photographie

Lieux d’exposition

Le + Récents

Jean-François Fouilhoux – L’insondable couleur…

Du 22 juin au 29 septembre 2024 – Vernissage vendredi 21 juin à partir de 18h

Le vernissage sera précédé d’une conférence de Jean-François Fouilhoux sur son œuvre à 16h30, au Centre Céramique Contemporaine Giroussens.

La trace du pinceau laissée sur le papier du calligraphe est l’énergie de son geste et l’expression de sa sensibilité. Il s’agit d’un signe qui s’adresse aux sens, d’un graphisme qui stimule l’imaginaire du spectateur. C’est aussi une trace de vie…

Le céladon appelle un langage plastique spécifique. Sa translucidité, sa suavité, la qualité de ses reflets, sa façon de jouer avec les reliefs, sont autant d’éléments de ce langage. Pour l’exprimer, j’ai développé un style d’écriture dans la terre en inventant un outil particulier et sa technique de mise en œuvre.

C’est une sorte de lame flexible, que je ploie à volonté.

Je la déplace à l’intérieur d’une masse d’argile, comme un trait dont les courbes changent pendant son trajet, qui trace une séparation dans le volume de terre.

A ce moment la forme est composée de deux éléments séparés par un léger espace.

Ces deux formes obtenues sont emboîtées, on pourrait dire que chacune est le moule ou l’empreinte de l’autre, avec cet espace que Marcel Duchamp définissait comme infra-mince.

Mais elles sont nées du même geste, en même temps. Elles sont la trace d’un mouvement : le déplacement de la lame flexible; et finalement c’est cette trace qui m’intéresse.

Trace d’énergie, de tension, comme le calligraphe j’ai pensé le geste avant de le dessiner énergiquement dans l’argile. Une sorte de danse, de rituel, où le mouvement est ample, dynamique, sans remords, dans l’impulsion.

Je sacrifie l’une des deux parties, la terre est molle et je la détruis pour la retirer.

Son absence laisse apparaître le témoignage du geste : sa trace en trois dimensions.

Chaque forme est donc une sorte de graphe d’argile, un signe animé de l’énergie de son dessin.

 

Jean-François Fouilhoux

 en : 1947

Etudes: Ecole Nationale Supérieure des Arts Appliqués , Paris, France.

Membre de l’Académie Internationale de la Céramique

Jean François Fouilhoux  est l’un des rares artistes occidentaux reconnus comme Maître de Céramique en Chine.

 

Empreinte sensible.

Je forme une masse d’argile,

comme un mur.

avec une lame flexible

que je courbe et déplace à l’intérieur de l’argile,

je tranche.

Le geste est continu comme une écriture.

À l’intérieur de la terre, le volume se forme à l’aveugle.

Je le vis.

Avant de l’exécuter, je me suis concentré

comme peut le faire un calligraphe.

Souvent, pas de dessin préparatoire,

juste une écriture automatique de quelques secondes.

Puis je dégage une partie de l’argile séparée

pour laisser apparaître cette empreinte sensible,

cette histoire d’un bref instant.

Quelques dizaines de secondes de pure création,

puis le temps long de la céramique s’impose…

Centre céramique de Giroussens 7 place Lucie Bouniol 81500 Giroussens. Tél. : 05 63 41 68 22

De 10h à 12h – de 14h à 18h Septembre à Juin : du mardi au dimanche
Juillet & Aout : du lundi au dimanche

Je partage !

Pour suivre l’actualité du sud de la France tout simplement !

error: Le contenu de ce site est protégé !
×