Soyez bien informé !

Abonnez-vous à La Lettre du mois & L’Hebdo du dimanche

Les Incontournables

Contemporanéités de l'art soutient la jeune photographie

Lieux d’exposition

Le + Récents

Itinéraires Fantômes & Cronos – Festival l’Académie des Mutantes

Du 21 juin au 19 janvier 2025 – Vernissage Jeudi 20 juin à 19h

Itinéraires Fantômes

D’après certains employés du musée, un fantôme aurait élu domicile dans la boutique du Capc. Impossible de savoir depuis quand il loge parmi les livres. Sa présence se fait connaître par des chutes d’objets inexplicables. Si certains fantômes se manifestent par des activités paranormales, d’autres semblent se révéler à travers des œuvres d’art, de la musique à la littérature en passant par la peinture. 

L’exposition Itinéraires Fantômes fait le postulat que les œuvres d’art sont hantées. Elle part de l’intuition que celles-ci ont la capacité de faire venir à elles des fantômes (attraction), ou encore que différentes œuvres ont été hantées à différentes époques par le même fantôme (transmission).

L’exposition propose une expérience habitée, à travers une sélection d’œuvres d’artistes qui sont-eux-mêmes investies par ce sujet. Les artistes invités pour l’exposition ne s’intéressent pas seulement aux fantômes en tant que sujets mais les convoquent par leurs pratiques, grâce à des méthodes variées.

Itinéraires Fantômes est née de conversations croisées entre les commissaires Ana Iwataki et Marion Vasseur Raluy et l’artiste Alexandra Grant sur le travail de l’écrivaine et théoricienne Hélène Cixous. Lors de leurs échanges, Hélène Cixous s’est proclamée elle-même fantôme parmi ses fantômes. 

Son livre Mdeilmm : parole de Taupe (Édition Gallimard, paru en octobre 2022), revient sur une expérience vécue par Victor Hugo lors d’une séance spirite pendant laquelle ce dernier se serait connecté à l’esprit de William Shakespeare et aurait écrit sous sa dictée1. De cet intérêt et intuition partagés vis-à-vis des fantômes entre Hélène Cixous et les commissaires, découle l’invitation auprès de quatorze artistes à rejoindre ces étranges itinéraires. 

L’exposition partage son titre avec un jeu de tarot imaginé et dessiné par Hélène Cixous et l’artiste Alexandra Grant, édité par X Artists’ Book. Ce jeu structure l’exposition à partir de 80 cartes qui réunissent des archétypes, des histoires collectives, des récits intimes, des œuvres d’art et des figures littéraires. Le jeu qui en résulte constitue une carto-choréographie cixousienne. 

À la manière du tarot qui permet de lire l’avenir, ces cartes servent de guide aux visiteurs pour partir à la recherche de leurs propres Itinéraires Fantômes par l’association libre et le déplacement. Entrer dans l’exposition suppose donc d’accepter de suivre un itinéraire impossible à tracer, prenant l’intuition et l’intimité comme guides pour retrouver les traces de ses fantômes. 

Avec : Guillaume Baronnet, Julie Beaufils, Alexandra Grant, Victor Hugo, Hanna Hur, Prima Jalichandra-Sakuntabhai, Michael Kennedy Costa, Minne Kersten, Joshua Leon, Lydia Ourahmane, Bracha L. Ettinger, Rafael Moreno, Elsa Prudent, Shanta Rao

Commissaires : Ana Iwataki et Marion Vasseur Raluy

Cronos

Du 21 juin au 25 mai 2025

Dans un élan de complicité avec le madd-bordeaux, actuellement fermé pour travaux d’agrandissement et de modernisation, le Capc invite l’artiste bordelais Benoît Maire à concevoir une exposition, en tant que commissaire, à partir de cette importante collection d’arts décoratifs et de design actuellement conservée en réserves.

Depuis plusieurs années, Benoît Maire interroge les rapports entre art et design, d’abord dans sa pratique artistique, mais également en tant que commissaire avec l’exposition Foncteur d’oubli présentée au Frac Île-de-France en 2019, ou comme co-fondateur en 2018 avec Marie Corbin de la maison d’édition Ker-Xavier qui produit des éditions limitées à la frontière de l’art et du design. 

Pour concevoir Cronos, Benoît Maire a d’abord sélectionné une centaine d’objets aux statuts et usages divers dans la collection du madd-bordeaux, couvrant la totalité de la période temporelle de la collection, à savoir les 800 ans qui séparent le XIIIe siècle du XXIe siècle. Partant du postulat que les objets du quotidien sont les témoins de notre rapport au monde, à la nature et à la technologie, Benoît Maire propose une traversée temporelle de notre relation obsessionnelle aux objets, faite d’entre-dévoration. 

À l’image du dieu grec Cronos qui avale sa progéniture, l’exposition se fait le miroir chronologique d’un renversement.  Celui-ci s’articule autour de notre relation aux objets. Car si à l’origine ceux-ci sont pensés et produits pour servir des usages humains, de nouveaux objets, plus sophistiqués, ont maintenant le pouvoir de contraindre nos vies, les tordre. Alors qui, de la forme de vie ou de l’objet, domine l’autre et le maîtrise ? 

Tout à la fois sinueuse et immersive, la scénographie signée Ker–Xavier — une œuvre en tant que telle — amplifie cette traversée du cours du temps, que le visiteur pourra emprunter de manière chronologique ou bien remonter à contre-courant, tel un voyageur du futur sur les traces de son passé.

En partenariat avec le madd-bordeaux, musée des Arts décoratifs et du Design

Festival l’Académie des Mutantes

Du 20 au 23 juin 2024 Les Performances

Cette année, le festival de performances et de formes hybrides l’Académie des Mutantes fait une place particulière à la transmission avec une série de 4 workshops (écriture, traduction, mixing et fabrication de zines) ; ainsi que le nouveau programme MUTATIONS, qui invite des artistes à développer leur travail sur deux éditions du festival (2024 et 2025).

En 2024, L’Académie des Mutantes se déploie autour d’un questionnement sur la voix et fait la part belle aux technologies et stratégies du voice-over, du doublage, du lipsync ou encore du ventriloquisme. Elle se demande qui a le droit de parler et d’être écouté dans l’espace public, comment mettre en place de nouvelles méthodologies pour se faire entendre lorsque l’on est muselé, mais aussi comment inventer de nouveaux espaces d’écoute (à la fois entre humains, mais également d’autres espèces).

L’ensemble des performances, rencontres, ateliers et projections que forment l’édition 2024 de l’Académie des Mutantes présente des artistes aux pratiques insaisissables (mutantes), à la lisière de plusieurs champs disciplinaires et offre l’opportunité d’échanges et de partage entre artistes et publics. Elle se donne ainsi pour rôle de travailler à la construction d’une véritable communauté de mutants et mutantes, au cœur et au-delà du musée.

CAPC, Entrepôt Lainé. 7 rue Ferrère, 33000 Bordeaux Tél : 05 56 00 81 50

Je partage !

Pour suivre l’actualité du sud de la France tout simplement !

error: Le contenu de ce site est protégé !
×