Soyez bien informé !

Abonnez-vous à La Lettre du mois & L’Hebdo du dimanche

Les Incontournables

Contemporanéités de l'art soutient la jeune photographie

Lieux d’exposition

Le + Récents

Daniel Buren – Lumière naturelle versus Lumière électrique, travaux in situ versus travaux situés

Du 13 mai au 14 octobre 2023

Pour l’ouverture de son nouvel espace d’exposition – la galerie Georges-Pompidou -, le centre d’art contemporain de la Ville d’Anglet accueille l’artiste Daniel Buren qui présente “Lumière naturelle versus Lumière électrique, travaux in situ versus travaux situés”.

 Cette exposition inaugurale, qui joue des couleurs et de la sensation lumineuse chères à Daniel Buren, regroupe notamment un ensemble d’oeuvres en fibres optiques sérigraphiées lumineuses, présentées pour la première fois. L’accrochage a été conçu par l’artiste spécifiquement selon la configuration du lieu. Les baies vitrées, situées à l’arrière de la galerie, côté jardin, ainsi que la porte d’entrée, ont été recouvertes d’une alternance de filtres transparents colorés, de bandes blanches et transparentes, une intervention à laquelle l’artiste a lui-même participé.

Ainsi, cette proposition artistique rayonne dans ce nouveau lieu qui offre un cadre exceptionnel aux oeuvres présentées, et dont la scénographie joue pleinement. Elle se perçoit différemment, de jour et de nuit, que l’éclairage soit naturel ou électrique.

Lumière naturelle versus Lumière électrique, travaux in situ versus travaux situés

Dès la fin des années 1960, Daniel Buren s’intéresse à la lumière, naturelle ou électrique, dans une multitude de travaux jouant avec la transparence, les reflets, les superpositions chromatiques, l’éclairage et le rayonnement lumineux.

Les fibres optiques sérigraphiées lumineuses

Cette démarche l’amène tout naturellement en 2006, dans le cadre de “Lille 3000 – Futurotextiles”, à la demande de Brochier Technologies, à collaborer avec eux pour un prototype associant des faisceaux de fibres optiques avec des sources de lumière (LED). Il continuera ensuite l’exploration de ce domaine mêlant matière et lumière et concevra de grandes expositions avec ces oeuvres à Chemnitz (Allemagne), Gwangju (Corée du Sud), Bergame (Italie) ou sur le lac d’Iseo en Lombardie.

Seize oeuvres en fibres optiques tissées, réalisées en 2013-2014 toujours avec Brochier Technologies, jamais exposées, sont présentées à Anglet pour la toute première fois. Les formes colorées sur les tissus ont été appliqués par un procédé élaboré de sérigraphie.

Ces travaux sont qualifiés par Daniel Buren de “situés” – c’est-à-dire qu’il est possible de les montrer dans d’autres espaces en suivant des règles à chaque fois différentes. Ici, l’accrochage est en adéquation parfaite, au centimètre près, avec la galerie d’exposition.

Les filtres transparents colorés

Au fil de ses interventions commencées dès 1968 sur des verrières, des fenêtres, des portes ou des façades, aux papiers rayés ont été ajoutés des papiers cellophanes imprimés de bandes blanches (mars 1974, Galerie Art& Project, Amsterdam) remplacés par des filtres transparents colorés qui sont devenus l’un des matériaux de prédilection de Daniel Buren. Ainsi s’introduit la couleur transparente qualifiée d’indicible par l’artiste.

Le choix et l’agencement des couleurs dans une oeuvre relèvent presque du hasard. Le goût de l’artiste n’entrant pas en jeu, c’est dans le respect d’une logique, d’un protocole défini par Daniel Buren, que la composition prend vie.

Ici, les sections des deux façades de la galerie sont recouvertes successivement de filtres bleus, jaunes, rouges et verts, puis de bandes blanches et transparentes de 8,7 cm de large chacune.

Ce travail, indissociable du lieu pour lequel il a été conçu, est qualifié par Daniel Buren d’in situ.

Le film « À contre-temps, À perte de vue »

2017, réalisé par Daniel Buren

Ce film de 6h30 propose une traversée de l’ensemble du travail de Daniel Buren depuis le début des années 1960 jusqu’aux années 2017/18.

De A comme Affichages à Z comme Zieuter, le film se compose de cinquante-deux chapitres classés par ordre alphabétique. À l’intérieur de chacun d’entre eux, les oeuvres sont commentées et présentées par ordre chronologique.

Galerie Georges-Pompidou, 2, rue Albert-le-Barillier 64600 Anglet. Accès allée des Cèdres

Tél : 05 59 58 35 60

Je partage !

Pour suivre l’actualité du sud de la France tout simplement !

Abonnez-vous à La Lettre du mois & L’Hebdo du dimanche

error: Le contenu de ce site est protégé !
×