Soyez bien informé !

Abonnez-vous à La Lettre du mois & L’Hebdo du dimanche

Les Incontournables

          blank

La colombe de la paix Pablo Picasso

Lieux d’exposition

Le + Récents

Christophe Goussard - Fleuves - Mérignac

Christophe Goussard – Fleuves

Du 14 janvier au 9 avril 2023 – Vernissage jeudi 12 janvier à 19h

Survivre à l’horizon

Converser avec les rivières, survivre à l’horizon, écouter les humeurs du vent, contempler la palette des cieux et des ondulations fluviales, trouver dans les sillons des visages et de la terre ce qui ne peut se dire ; telle est l’image que je me fais de Christophe Goussard qui chemine et photographie depuis toujours en lisière des berges.
Partir. 
Loin.

Revenir s’enfoncer dans la glaise et les herbes hautes des terres de l’enfance, rudes, interdites, évocatrices de contes familiaux et de troublantes chimères qu’accompagne l’eau. Fleuves est une relecture tendre et onirique du travail que le photographe mène au bord des eaux depuis 30 ans. De l’Estuaire de la Gironde au Saint-Laurent qui court de l’autre côté de l’océan, cette exposition porte les récits et les imaginaires, les brumes et les visages. Les premières photographies inédites de l’artiste à Blaye, sa ville natale, dialoguent pour la première fois avec celles de L’Adieu au fleuve,

Entre fleuve et rivière et la dernière série encore en cours. Il est question de racines et de départs, de labeur, d’engagements, de nature et de vivant, de philosophie aussi, d’esprits et de poésie. Les regards se croisent et de nouvelles histoires naissent, de Royan à Urt, du Québec au Pays Basque, de l’atelier du père aux os des baleines…
Les saules dépliaient leurs feuilles bourgeons à bourgeons le long de leurs branches droites. Il n’y avait que la lueur des étoiles et la lueur des bourgeons. Mais, plus que toutes les autres, les feuilles neuves du saule sont lumineuses et autour de chaque bourgeon elles éclairaient l’écorce d’or de la branche.

Ainsi autour des saules s’élargissait peu à peu un halo couleur cuivre (1).L’oiseau a les ailes coupées. Un saule sur la terre des ancêtres se dresse en contre champ du fleuve, non loin de l’estuaire et de la citadelle, les couleurs sont à imaginer, qui se souviendra de ce qu’il sait ?

Un fleuve est chose importante et unique, un principe de diversité même. Son cheminement et ses méandres, de sa naissance à sa confluence, lui font serpenter des environnements changeants, sauvages, bétonnés, terres joyeuses et arides de vie, de labeur ; il accoste des âmes, des bêtes, du vivant, pourtant, il demeure le même fleuve.

Des glaciers à la mer, il porte la diversité et l’unité (2). Cela ne m’étonne pas que Christophe Goussard, parti aux confins du monde, revienne régulièrement et sans le préméditer aux abords des fleuves et des rivières. Les paysages escamotent les forces qui s’y sont exercées, la rudesse des vents froids, la mémoire de l’enfant qu’il était. Cela ne me surprend pas non plus qu’après avoir débuté son oeuvre avec les portraits, la famille, les communautés, ce soient les paysages sans figures qui aient pris le dessus. Longtemps.

Christophe Goussard retourne aux humains avec l’Adour, après avoir su lire le ressaut de marée, se surprendre à reconnaître les gestes et traditions du passé, appris à se méfier de l’èbe, démasqué des monstres sur les îles de la terre nouvelle.

Son univers pictural s’est bâti et consolidé grâce aux paysages, à leur compréhension au-delà de leur contemplation, à son affection pour les autres, pour les échanges. Il suit l’horizon, les hommes et les rivières, toujours, et retrouve sans les chercher, les mêmes chemins, ailleurs.

Émilie Flory Pau, décembre 2022
1. Jean Giono, que ma joie demeure, 1959
2. Pensées et propos du poète pierre Vinclair in les lieux du poème, poésie et ainsi de Suite, janvier 2022 (France culture)

Vieille église, rue de la Vieille Église 33700 Mérignac

Je partage !
error: Le contenu de ce site est protégé !
×