Exposition « Figures de l’animal » | CAC Meymac

« Figures de l’animal »

Du 17 mars au 16 juin 2019 – Vernissage samedi 16 mars à 18h

www.centre-art-contemporain-meymac.com

"Figures de l'animal"  Olivier Metzger, Poney, 2009, tirage sous diasec mat, 148 x 111 cm. Courtesy Galerie Bertrand GrimontAvec les oeuvres de : Sylvie Auvray, Gilles Barbier, Pascal Bernier, Ghyslain Bertholon, Jean-Yves Brélivet, Anne Brenner, Stéphane Calais, Mircea Cantor, Julie Chaffort, Céline Cléron, Roland Cognet, Tristan Dassonville, Odonchimeg Davaadorj, Philippe Droguet, Wang Du, Philippe Fangeaux, Anne-Charlotte Finel, Gloria Friedmann, Aurélien Froment, Jean-François Fourtou, Nancy Fouts, Charles Fréger, Bertrand Gadenne, Sarah Garzoni, Christiane Geoffroy, Delphine Gigoux-Martin, Sébastien Gouju, Thomas Grünfeld, Eric Guglielmi, Victoria Klotz, Karen Knorr, Klara Kristalova, Ulrich Lamsfuss, Mïrka Lugosi, Olivier Metzger, Laurent Perbos, Peybak, Huang Yong Ping, Eric Poitevin, Chantal Raguet, Olivier Richon, Luiz Roque, Nicolas Rubinstein, Julien Salaud, Alain Séchas, Jari Silomäki, David Brian Smith, Ken Thaiday Snr, Dimitri Tsykalov, Régina Virserius, Marnie Weber, Virginie Yassef, Carmelo Zagari.

Klara Kristalova, Waiting for something, 2017, grés émaillé, 35 x 36 x 108 cm. Courtesy de l’artiste et Galerie Perrotin. Photographe: Carl Henrik TillbergQu’est-ce qu’un animal ? La réponse à la question paraît simple : tout être vivant qui n’appartient pas à l’espèce humaine. Cette définition courte laisse pourtant des zones grises du coté du seuil où commence la vie et à l’autre bout où elle construit une frontière entre les espèces supérieures, dont la réalité s’amenuise sous l’effet de découvertes révélant des porosités tant en ce qui concerne l’habileté, que l’émotion, l’intelligence ou encore du langage.
Les récentes polémiques sur la souffrance animale, amplifiant celles antérieures portant sur l’usage des fourrures ou qualifiant de domination esclavagiste nos rapports aux animaux domestiques et plus encore familiers, montrent la fragilité et la complexité de notre position.
Les processus de civilisation visent en effet à construire un positionnement autonome par rapport à l’environnement qui réduit les risques dus à son instabilité et donc à l’égard des animaux quels qu’ils soient. Ils associent mise à distance, Virginie Yassef, Costume de chien, 2012, portemanteaux, peau de chien, 190 x 55 x 42 cm. Collection privée. Courtesy : Galerie GP & N Valloiscuriosité, appropriation carnivore, asservissement opportuniste ou sujétion affective.
La quête de l’exotisme et la recherche de la singularité par l’acquisition d’animaux à priori non adaptés au climat sous nos latitudes et moins encore à la vie citadine (pythons, caïmans et autres), confirment par leurs excès l’amplitude du processus.
Ces contacts multiples (plus adverses que complices), parfois marqués par lapromiscuité, sont à la fois inévitables et nécessaires. L’humanité ne peut ignorer, ni se passer de cette relation vitale.
De l’insecte au mammifère, en englobant les poissons, les oiseaux ou les insectes, du minuscule au gigantesque, du familier à l’exotique, du compagnon du foyer à l’adversaire potentiel, les références abondent. L’animal, selon une intensité commandée par sa nature, est la figure radicale de l’altérité.
Il interpelle l’humanité sur la place qu’elle imagine être la sienne dans le monde.
Car l’animal complice ou menaçant, soumis ou rebelle, échappe à celui qui l’observe parce qu’il est porteur d’une irréductible étrangeté qui le maintient du coté du sauvage, voire du monstre. Une représentation latente qui handicape la familiarité domestique qu’on lui accorde. La bête reste tapie dans le corps du chien ou du chat.

Abbaye St André  Centre d’art contemporain  Place du Bûcher  19250 Meymac  Tél. : 05 55 95 23 30  du mardi au dimanche de 14h à 18h

Vous aimerez aussi...

Le site est mis à jour chaque fin de semaine pour les événements ou expositions qui ont lieu la semaine suivante, donc ne seront publiées que les informations arrivées le vendredi avant la date de l'expsoition. Il est donc nécessaire d’envoyer les informations par mail pour qu’un article soit publié.

Pour une parution, il est fortement conseillé de joindre un texte de présention de l'exposition, la démarche de l'artiste et des visuels.

Vous pouvez laisser vos coordonnées via le formulaire ci-dessous pour annoncer un événement. Merci de votre compréhension !

Le fait de m’envoyer par mail l’annonce d’une exposition n’implique pas qu’elle sera publiée.