Louise Desbrusses « Etat de siège » – Millau

Louise Desbrusses "Etat de siège" - Millau

Louise Desbrusses « Etat de siège »

Du 26 novembre 2021 au 6 février 2022 – Vernissage vendredi 26 novembre à 18h30

« depuis quelques années j’explore à petites touches un objet invisible à force d’être présent : la chaise. cet objet commençait à détruire mon dos d’écrivaine quand je me suis levée pour me mettre à danser il y a une douzaine d’années. depuis souvent je danse avec cet objet à quatre pattes qui se greffe au corps humain sous nos latitudes à partir du cours préparatoire. de cette confrontation est né un projet, qui, comme d’autres de mes projets souvent, a mis du temps à se déployer dans le temps, depuis la première ébauche en 2014,

jusqu’à aujourd’hui. un de ces projets de performance/installation à géométrie variable qui couvait et qui, soudain, avec les confinements successifs, a rencontré le désir de celles et ceux qui se sont retrouvé en… état de siège. après l’avoir décliné sous forme de gestes artistiques éphémères à l’École supérieure d’art et de design de Valenciennes et au collège de Petite-Forêt, à l’occasion d’une résidence-mission sur le territoire de Valenciennes métropole, j’ai eu envie, en réponse à l’invitation de la V.R.A.C., d’en concevoir une version publique et sonore. »

Louise Desbrusses explore les intervalles entre des états, des moments, l’un qui déjà n’est plus, et l’autre qui peut-être va surgir, entre mort d’une chose et naissance d’une autre. C’est ceci et c’est aussi cela et c’est encore autre chose.

Et. Et, car l’expérience de la vie n’est pas univoque, mais multivoque, organique et qu’il s’agit de cela : de l’expérience de vivre, cette expérience que nos corps rendent possible, qu’elle met en mots, mouvements, images, installations.

Auteure de deux romans publiés chez P.O.L, Louise Desbrusses est performeuse, photographe et vidéaste. Professeure associée de l’Institut Tamalpa fondé par la chorégraphe américaine Anna Halprin, elle a notamment adapté et interprété I think not, de la chorégraphe américaine Deborah Hay, créé Le corps est-il soluble dans l’écrit ?

Conférence dansée au Phénix, scène nationale (Valenciennes) dans le cadre du Cabaret de Curiosité, et plus récemment In extenso avec le contrebassiste Louis-Michel Marion. Pendant les confinements, elle a publié en accès libre (myowndocumenta.art) des partitions à activer, puis conçu et animé Prendre position, projet participatif de vidéo-danse. Cet été elle a rejoint le Bureau des paysages en mouvements, porté par l’Université de Toulon et l’Ecole Supérieure d’Art et de Design Toulon Provence Méditerranée.

 

Vitrine Régionale d’Art Contemporain, Beffroi/Hôtel de Tauriac, rue Droite, 12100 Millau