La Flemme joy of missing out – Orthez

La Flemme joy of missing out

Du 31 mars au 10 juin 2023 – Vernissage jeudi 30 mars à 19h

ADAM BILARDI, CAMILLE BRÉE, NDAYÉ KOUAGOU, DYLAN MAQUET, VICTORIA PALACIOS, ELSA WERTH ET YUE YUAN

Si la flemme est souvent associée à des humeurs négatives telles que la fatigue ou l’ennui, l’exposition La flemme ~ joy of missing out cherche au contraire à revendiquer, non sans ironie, l’état de flemme comme une libération volontaire de toute injonction comme de toute intention de faire. La flemme devient ici une forme active plutôt qu’une attitude amorphe qui paralyserait celui ou celle qui en serait atteint·e. Une fois affranchie de son aspect négatif, la flemme ne traduit non plus une impuissance à faire mais davantage la puissance de ne pas faire. Être à l’écoute de sa flemme c’est faire le choix du repli temporaire, de la mise en veille ; c’est croire en une énergie molle, à un état tiède, ni brûlant ni froid mais qui pourtant infuse, à un temps de digestion actif quoiqu’un peu engourdi.

Se soustraire au dynamisme et à l’injonction de produire encore plus n’est pas chose simple. La plupart des slogans et des messages qui nous entourent sont des invitations au dépassement de soi : Impossible is Nothing, Just Do It, Think Different [1]… Le syndrome du FOMO (fear of missing out, peur de rater quelque chose) est la répercussion directe du trop-plein de positivité induit dans de telles formulations. Alimentée par les outils de la technologie moderne, cette anxiété sociale est caractérisée par l’inquiétude constante de manquer une nouvelle ou un quelconque événement. Pour pallier cette angoisse de l’occasion manquée, la flemme semble être une solution efficace. À travers sa capacité à laisser passer les choses sans les saisir, elle nous invite ainsi à imaginer notre propre inactivité sous le prisme de l’acronyme saugrenu du JOMO (joy of missing out, ou la joie de rater quelque chose).

S’il est question d’ironie dans l’exposition La flemme ~ joy of missing out c’est avant tout parce que dans le contexte de la «société de la performance» [2] dans laquelle nous vivons, où faire beaucoup c’est exister encore plus et sans limite, choisir de se retirer, de se ramollir, est perçu comme un geste fort et radical. Face à l’hyper-sollicitation entretenue par un système capitalisant sur l’hyperactivité et le multitasking, la résistance passive de Bartleby déclarant à son patron «I would prefer not to» [3] (je préfèrerais ne pas), s’avère désarmante. Ce refus de ne pas faire, ou de préférer ne pas faire, devient naturellement subversif dans une société qui encourage autant à l’auto-exploitation et au rendement, qu’à l’impératif d’être soi-même et de se réaliser comme sujet performant.

Concevoir une exposition sur la flemme, c’est aussi concevoir une exposition avec elle. Bien que les artistes dont le travail est présenté ici ne cherchent nullement à établir une illustration stricte de celle-ci, elle résonne à bien des endroits dans leur pratique ou dans leur discours. Ainsi, les artistes de La flemme ~ joy of missing out sont à la fois présent·es et absent·es. Présent·es d’abord parce que c’est la rencontre de leurs différents travaux qui fait exposition ; mais absent·es ensuite car si certain·es ont choisi de s’en remettre aux visiteur·ices pour qu’il·elles déterminent le sens de l’œuvre, d’autres convoquent les notions de repli, de retrait, voire d’effacement ou de disparition, se saisissant à leur manière de cette flemme émancipatrice.

Juliette Hage

Image/Imatge, 3 rue de Billère 64300 Orthez Tél :05 59 69 41 12

Aller au contenu principal