Expositions «Le Noir Teulières» Patrice Teulières – Peintures Jean Pierre Rodrigo| Centre Céramique de Giroussens

«Le Noir Teulières» Céramiques de Patrice Teulières et de ses amis

Peintures de Jean Pierre Rodrigo

Du 11 février au 15 avril 2018 – Vernissage dimanche 11 février à 11h30

https://www.centre-ceramique-giroussens.com

«Le Noir Teulières» Céramiques de Patrice TeulièresLorsque la décision a été prise de programmer une exposition carte blanche, en début d’année, pour les aînés de Terre et Terres, Patrice, sollicité, a choisi d’exposer avec son ami Jean-Pierre Rodrigo, peintre.

C’est beaucoup plus tard que les amis céramistes de Patrice ont décidé de l’accompagner dans cette aventure en présentant, dans la petite salle du Centre Céramique, des pièces pas toujours noires, mais toutes chargées de souvenirs et surtout d’amitié.

La séduction ne semble pas être la préoccupation majeure de Patrice Teulières.

Depuis quelques années il a choisi de créer des céramiques noires, d’un noir mat ou satiné, métallique, «Le Noir Teulières» Céramiques de Patrice Teulièresmonochrome, sans concession à la somptuosité de certaines glaçures.

Leur construction est rigoureuse et semble répondre essentiellement à une nécessité architecturale.

Les reliefs qui les animent sont répétitifs et obtenus par des estampages. Mais la rigueur n’est pas la rigidité. Les formes sont belles, sévères mais en même temps empreintes d’une plénitude retenue.

C’est ainsi que Patrice Teulières imprime à ses objets une cohérence formelle, un ascétisme choisi où l’obscur génère la lumière, l’un et l’autre indissociables.

Jean-Pierre RODRIGO - PeinturesJean-Pierre Chollet, novembre 2017

“Mutisme d’une œuvre au noir” Patrice Teulières 

Patrice Teulières s’est donné des règles strictes: travailler le grés exclusivement et avec des formes simples, basiques, avec peu de couleurs, une seule à vrai dire, le noir qui trouve ses nuances à être métallisé: il devient gris, de ce beau gris sourd des fontes qu’argentent des reflets bleuis.
Car il aime les challenges… et les techniques mixtes. Ses pièces sont souvent montées à la plaque, en plusieurs éléments et mises en forme sur des supports variés, bois, plâtre, biscuit. M’artiste assemble le tout avec des Jean-Pierre RODRIGO - Peinturesparties tournées parfois. Des formes franches, sans inflexion. Ce façonnage, loin d’être ordinaire est monumental… ample et sévère.
On mesure l’importance de la composition, au sens de structuration d’une forme. Patrice Teulières construit ses contenants comme un architecte dresse un plan. Avec le même désir de larges calibres – un beau profil se découpant sur le ciel – le souci des répartitions de masses, pour un équilibre volontairement statique plutôt qu’en mouvement.
Stables sur leur assise, souvent râblées, les pièces n’ont que peu de reliefs et reçoivent des lumières glissantes sur leurs flancs polis.
Il y a quelque chose de japonisant peut-être dans cet aspect grave et cérémoniel assez impressionnant. Une attitude zen où seul le calme révèle la puissance, l’immobilité engendre un vertige, où le silence a du poids.

Sa démarche graphique est profondément originale. Dans son processus d’abord: la composition est déjà entièrement élaborée dans sa tête en fonction du support, avant de la commence.
Cette faculté de voir l’objet « comme si » il était déjà terminé, lui vient sans doute de son activité d’autrefois, la mise en page publicitaire. Le designer également est présent avec son goût de la symétrie, du centrage d’un motif et l’omniprésence du carré; le carré, forme décisive de la modernité… les toiles carrées de Mondrian, les « carrés magiques » de Klee…
Passionné de l’empreinte, de la trace – celle qu’on laisse dans la neige ou dans la boue – de la marque, poinçon, sceau comme on frappe une monnaie, il utilise, pour mettre en forme ses éléments décoratifs, quelques poinçons, des trames industrielles et autres panneaux perforés ou tapis-relief de caoutchouc.
Parfois le semis régulier de points saillants revêt toute la surface,  comme une étoffe; ou bien l’artiste emprunte un réseau de lignes parallèles pour dessiner un motif… encore un carré! Ou encore des pans de stries s’impriment en diagonales et viennent se rejoindre sur une droite, comme les nervures d’une feuille ou la raie d’une chevelure.

Qu’il soit retrait ou ajout de matière, dans le travail de Patrice Teulières tout est volume et densité. Son œuvre est celle d’un bâtisseur, à la fois dans le processus – la construction par éléments préformés – et dans la grille du décor, conçu en fonction de la masse dans laquelle il est physiquement intégré.

Comme tout bon oriental (même d’adoption), il connaît le signe que représente une direction, un volume, la matière; son œil, sa main connaissent les rapports justes du plein et du vide et la fusion discrète de l’ombre et de la lumière.

Jean-Pierre RODRIGO – Peintures

Jean-Pierre Rodrigo est né le 19 Juin 1947 à Brive-la-gaillarde, de père madrilène et de mère catalane. Il aborde la peinture en 1976 parallèlement à ses activités musicales. L’Italie et  l’Espagne, l’architecture et l’archéologie, la littérature et la peinture lui inspirent la plupart des thèmes qu’il décline  en séries,  suites ou  variations sur un thème, à l’acrylique sur papier, toile ou bois, et depuis 2003, sous forme de sculptures en céramique.

Jean-Pierre Rodrigo expose régulièrement depuis 1988.

Centre céramique de Giroussens 7 place Lucie Bouniol 81500 Giroussens. Tél. : 05 63 41 68 22
Du mardi au dimanche de 10h à 12h et de 14h à 18h
Juillet- Aout : Tous les jours de 10h00 à 12h00 et de 14h00 à 18h00

Vous aimerez aussi...