Expositions “Gifts to Kings” Lubaina Himid | MRAC – Sérignan

“Gifts to Kings” Lubaina Himid

Du 7 avril au 19 septembre 2018  – Vernissage vendredi 6 avril à partir de 18h30.

http://mrac.languedocroussillon.fr

"Gifts to Kings" Lubaina HimidPremière exposition monographique de l’artiste Lubaina Himid en Europe du 7 avril au 16 septembre 2018.

Originaire de Tanzanie, l’artiste de 63 ans questionne l’identité de la diaspora africaine et son invisibilité dans le champ social, politique et artistique. Elle s’est vu décerner le 5 décembre dernier le prestigieux Turner Prize qui récompense une oeuvre d’art contemporain.

Cette importante exposition se déploiera sur plus de 450 m². L’artiste y poursuivra son travail sur la représentation des africains dans l’histoire de la peinture européenne. Dans une esthétique séduisante et colorée, où affleure constamment son intérêt pour le théâtre et la mise en scène, l’artiste explore la question de l’esclavage et du "Gifts to Kings" Lubaina Himidcolonialisme à travers l’histoire de l’art.

Au même moment, le Mrac présente, au rez-de-chaussée du musée, l’exposition collective La Complainte du progrès, rassemblant les travaux de plus d’une trentaine d’artistes français et internationaux. L’exposition explore les liens que les artistes entretiennent avec notre société de
consommation et de communication, dans un dialogue entre des oeuvres historiques du Pop Art et des Nouveaux Réalistes avec des oeuvres récentes de la génération actuelle.
Artistes : Arman / Kader Attia / Richard Baquié / Sara Cwynar / Valérie Belin / Camille Blatrix / Claude Closky / François Daireaux / Fischli & Weiss / Raymond Hains / Camille Henrot / Lynn Hershman Leeson / Judith Hopf / "Gifts to Kings" Lubaina HimidBernard Joisten / Matthieu Laurette / Bruno Peinado / Soraya Rhofir / Mimmo Rotella / Jean-Baptiste Sauvage / Lucy Stahl / Peter Stämpfli / Jacques Villeglé / Andy Warhol / Tom Wesselmann, …

LUBAINA HIMID – GIFTS TO KINGS

Cette importante exposition se déploiera sur plus de 450 m². L’artiste y poursuivra son travail sur la représentation des africains dans l’histoire de la peinture européenne. Dans une esthétique séduisante et colorée, où affleure constamment son intérêt pour le théâtre et la mise en scène, Lubaina Himid explorera ainsi la question de "Gifts to Kings" Lubaina Himidl’esclavage et du colonialisme à travers l’histoire de l’art.

Dans son travail, l’artiste utilise avec virtuosité l’art de la réappropriation de la peinture européenne qu’elle combine avec certains aspects de l’histoire de l’Afrique pour questionner le rôle du pouvoir d’évocation de l’image. Dans l’oeuvre Naming the Money (2004), présentée en partie au Mrac, le visiteur pénètre dans une forêt d’une centaine de figures en contreplaqué peintes représentant les ouvriers, artisans et serviteurs présents dans la peinture occidentale et à qui l’artiste redonne une individualité, une histoire et une dignité. Ce principe de figures peintes dans l’espace, un système très fréquemment utilisé dans les décors de théâtre, permet à Lubaina Himid de sortir la peinture du cadre et d’introduire
un rapport physique avec le spectateur de l’ordre de l’empathie. Qu’elle travaille à partir de planches du quotidien anglais The Guardian, ou directement sur de la vaisselle en porcelaine, Himid soumet la peinture aux matériaux de la vie quotidienne afin de mieux créer ce lien entre l’histoire européenne et celle de l’Afrique, et questionne la possibilité d’un partage des cultures.

Commissariat : Sandra Patron

Tom Wesselmann, Still Life # 56, 1967 - 1969. Huile sur toile, 1 élément (téléphone): 110 x 180 x 55 cm 1 élément (cendrier+cigarette): 240 x 160 x 45 cm 1 élément (panneau): 115 x 75 x 10 cm. ADAGP, Paris 2018. Photographe Rob McKeever. Courtesy de Gagosian Gallery.LA COMPLAINTE DU PROGRÈS

L’exposition collective La Complainte du progrès se déroule au rez-de-chaussée du musée et rassemble les travaux de plus d’une trentaine d’artistes français et internationaux. Proposant un dialogue entre des œuvres historiques et des œuvres récentes de la génération dite post-internet, l’exposition orchestre un dialogue intergénérationnel autour de la question de la société de consommation, entre fascination, humour et regard critique.

Artistes exposés : Arman, Kader Attia, Richard Baquié, Valérie Belin, Camille Blatrix, Claude Closky, Sara Cwynar, François Daireaux, Fischli & Weiss, Raymond Hains, Camille Henrot, Lynn Hershman Leeson, Judith Hopf, Bernard Joisten, Matthieu Laurette, Justin Lieberman, Mimmo Rotella, Jean-Baptiste Sauvage, Lucie Stahl, Superflex, Jacques Villeglé, Andy Warhol, Tom Wesselmann, Stephen Willats.

Commissariat : Sandra Patron

Que vogue la galère, 2016. Cuirs, résine, inox, dimensions variables, 2016, Tadzio © Fondation d’entreprise Hermès.LA PALMERAIE – IO BURGARD – LA BÊTE DANS LA JUNGLE

Intitulée La Bête dans la jungle et présentée au sein de la Palmeraie, l’exposition d’Io Burgard (1987-) s’inspire de l’œuvre éponyme d’Henri James afin d’aborder la difficulté de l’homme à vivre ses rêves dans le réel. Bas-reliefs finement ciselés apposés à la surface du mur, dessins en résine translucide rehaussés d’un cadre en plâtre, sculptures molles qui semblent s’échapper du geste d’un dessinateur, ses œuvres semblent tout entières vouées à ce passage de la deuxième vers la troisième dimension, du dessin vers la sculpture, du fantasme vers le réel.

Commissariat : Sandra Patron

MRAC, 146, avenue de la plage – BP 4 – 34 410 Sérignan. Tél : 04 67 32 33 05

Vous aimerez aussi...