Expositions Cristof Yvoré Dominique De Beir Caroline Corbasson, Kaléidoscope

Cristof Yvoré Dominique De Beir Caroline Corbasson, Kaléidoscope

www.fracpaca.org

Cristof Yvoré, Pots, lapin, fenêtres, fleursCristof Yvoré, Pots, lapin, fenêtres, fleurs

En partenariat avec le Frac Auvergne, Kunstforum der TU Darmstadt et la galerie Zeno X, Anvers. du 29 juin au 22 septembre 2019 > plateaux 1 et 2 Vernissage vendredi 28 juin à 18h 

Donner à voir aujourd’hui au public l’oeuvre de Cristof Yvoré à Marseille, Clermont-Ferrand et Darmstadt, ce n’est pas simplement mettre en avant une dynamique partenariale vertueuse entre trois institutions publiques et la Galerie Zeno X à Anvers, fidèle soutien et promoteur de l’oeuvre de l’artiste, c’est avant tout la nécessité de témoigner de la vitalité d’une peinture qui a su se développer et trouver son autonomie en dehors de tous les effets de mode, en toute discrétion, mais avec opiniâtreté.

Nul désir de rendre hommage à un artiste trop tôt disparu en 2013, nulle volonté commémorative ni nostalgie dans cette belle entreprise collégiale, mais une évidence à partager : celle d’une peinture toujours vivante et qui a encore beaucoup de choses à nous apprendre.

Dominique De Beir, Annexes et DigressionsDominique De Beir, Annexes et Digressions

En partenariat avec la galerie Jean Fournier, Paris. Avec le soutien des sociétés BUESA et Raja. Ce projet a été sélectionné par la commission mécénat de la Fondation des Artistes qui lui a apporté son soutien. du 29 juin au 22 septembre 2019 > le 3e plateau Vernissage vendredi 28 juin à 18h 

« Une monographie réunissant 25 années de recherches paraît aux éditions Hermann. Son système chronologique soigné, ses textes et ses reproductions de qualité en font un objet utile et précieux.

Toutefois, j’ai rapidement constaté qu’il manquait dans l’ouvrage une partie concernant mes modes d’exploration et procédures de travail. » Ce constat de Dominique De Beir est à la genèse de Annexes et Digressions.

Caroline Corbasson, À ta rechercheCaroline Corbasson, À ta recherche

Une carte blanche sur l’énergie sombre dans le cadre d’une résidence au Laboratoire d’astrophysique de Marseille Du 29 juin au 18 août 2019 plateau expérimental et plateau multimédia Vernissage vendredi 28 juin à 18h 

En partenariat avec les Rencontres de la Photographie d’Arles dans le cadre du Grand Arles Express.
> Les visiteurs munis d’un forfait gratuit ou payant ou d’un badge de l’édition 2019 du Festival Les Rencontres d’Arles pourront accéder librement à cette exposition contre remise du billet d’accès (billet classique avec mention Rencontres d’Arles). 

Le travail de Caroline Corbasson présenté au Frac est le fruit de sa résidence d’artiste pour le projet spatial Euclid NISP, effectuée au Laboratoire d’Astrophysique de Marseille – OSU Institut Pythéas (Aix-Marseille Université, CNRS, CNES) avec le soutien du CNES.
 
> plateau multimédia jusqu’au 11 août
> plateau expérimental jusqu’au 18 août
 
Euclid est un télescope spatial de l’Agence spatiale européenne (ESA), dont le lancement est planifié pour 2021. Ses observations doivent contribuer à déterminer l’origine de l’accélération de l’expansion de l’Univers et la nature de sa source, appelée énergie sombre.

À Marseille, le Laboratoire d’Astrophysique de Marseille (LAM – OSU Institut Pythéas / Aix-Marseille Université, CNRS, CNES) a la responsabilité de la conception et de la réalisation d’un des deux instruments qui seront embarqués sur Euclid – le « spectrophotomètre infra-rouge grand champ », appelé NISP.

Chercheurs et ingénieurs du LAM mais aussi du Centre de Physique des Particules de Marseille (Aix-Marseille Université, CNRS), du Centre National d’Etudes Spatiales (CNES) et de laboratoires européens partenaires du projet s’affairent quotidiennement à sa conception dans des espaces où la moindre poussière est bannie.

C’est dans cet environnement très particulier que Caroline Corbasson a été invitée en résidence. Elle a été frappée par la richesse du « décor » du laboratoire et a exploré cet espace en s’intéressant à sa singularité.

Collecte de matériaux techniques spéciaux, de données, de documents, prises de vues filmées et photographiques, prises de sons… Elle a porté son attention sur les gestes effectués, les manipulations précises et méticuleuses, sur la place de l’humain, fragile et déterminé dans cette grande quête.

Ce « voyage avant le voyage » prend la forme d’un court-métrage et d’une installation présentés au Frac Provence-Alpes-Côte d’Azur, ainsi que d’un livre à paraître chez Visions particulières press à l’occasion de l’inauguration de l’exposition au Frac.
 

FRAC – PACA 20, boulevard de Dunkerque 13002 Marseille
.