Exposition “Suspended Animation, à corps perdu dans l’espace numérique” | Les Abattoirs – Toulouse

Du 24 juin au 26 novembre 2017 – Vernissage samedi 24 juin à 11h30

http://www.lesabattoirs.org

Et si l’être numérique prenait corps ?Ed Atkins, Warm, Warm, Warm Spring Mouths, 2013, film HD, couleur, son, durée : 12,50 minutes Courtesy de l’artiste; Cabinet, Londres; Gavin Brown’s Enterprise, New York; Isabella Bortolozzi Galerie, Berlin - Suspended Animation

Les Abattoirs – Frac Midi-Pyrénées, Toulouse, proposent leur grande exposition de l’été : Suspended Animation, à corps perdu dans l’espace numérique. Depuis plusieurs années, le nombre croissant d’images générées par la technologie a profondément modifié nos vies, et l’usage que les artistes font aujourd’hui de l’animation numérique reflète ce bouleversement. À partir du 24 juin 2017 seront présentés des artistes qui explorent les nouvelles réalités de l’ère de l’information continue et de la virtualité sous un angle humaniste : quel est l’impact des mondes virtuels sur l’expérience physique tangible ? Quelles sont les conséquences de la dématérialisation de l’identité ? Cet être virtuel devient-il plus réel que nous ?
Ed Atkins, Warm, Warm, Warm Spring Mouths, 2013, film HD, couleur, son, durée : 12,50 minutes Courtesy de l’artiste; Cabinet, Londres; Gavin Brown’s Enterprise, New York; Isabella Bortolozzi Galerie, BerlinCette exposition tentera de répondre à ces questions en présentant des oeuvres d’artistes internationaux parmi les plus innovants sur le sujet : Ed Atkins, Antoine Catala, Ian Cheng, Josh Kline, Helen Marten, Agnieszka Polska, Jon Rafman, Avery Singer. Transformant le 1er étage des Abattoirs en environnement immersif, ces artistes prennent en compte que la réalité n’est plus définissable selon les mêmes critères et mettent au défi notre perception de cette nouvelle humanité virtuelle.Agnieszka Polska, I Am the Mouth, 2014, vidéo HD, couleur, son, durée : 5,45 minutes Courtesy de ŽAK | BRANICKA, Berlin, vue de l’expos., Hirshhorn Museum and Sculpture Garden.
Suspended Animation, à corps perdu dans l’espace numérique organisée par le Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Smithsonian Institution, avec la collaboration des Abattoirs – Frac Midi-Pyrénées, est l’unique étape en Europe de l’exposition présentée à Washington (10 février 2016-26 mars 2017), enrichie à Toulouse de trois artistes.

Ed Atkins, Warm, Warm, Warm Spring Mouths, 2013, film HD, couleur, son, durée : 12,50 minutes Courtesy de l’artiste; Cabinet, Londres; Gavin Brown’s Enterprise, New York; Isabella Bortolozzi Galerie, BerlinDans la science-fiction et la médecine, le terme “Suspended Animation” (animation suspendue) se réfère au ralentissement des processus vitaux afin de prolonger la vie en mettant le corps sur “pause”. Appliquée à l’animation réalisée par ordinateur, la notion se réfère au remplacement du corps physique par le corps virtuel. Une partie importante de l’expérience humaine d’aujourd’hui se fait sur les écrans : ce phénomène conduit les artistes dans cette exposition à repenser le corps en relation à la technologie. Plutôt que d’imiter le réel, leurs œuvres recherchent comment peut s’incarner la réalité dans un monde numérique. L’animation fournit, en effet, les moyens d’étudier la relation entre la réalité et la fiction, le réel et sa simulation, les êtres humains et leurs avatars. Tout au long de l’exposition, nous rencontrons des personnages intriguant qui reflètent les mutations de ce nouvel être humain généré par la technologie. Ces travaux interrogent ainsi l’idée que le corps Josh Kline, Hope and Change, 2015 HD video couleur. Bande son : 17:10 minutes, installation lumineuse. Collection privée Courtesy de 47 Canal, New Yorkvirtuel pourrait marquer la fin du corps réel, ou bien sa réincarnation sous une forme nouvelle.

Ces dernières années, plusieurs expositions se sont intéressées à l’impact des nouvelles technologies sur l’art et sur la société. Citons récemment en Europe CO-WORKERS, l’artiste en réseau (2015-2016) au Musée d’art moderne de la Ville de Paris, ou la 9e Biennale de Berlin organisée par DIS. Pensée par Gianni Jetzer pour le Hirshhorn Museum and Sculpture Garden, Smithsonian Institution, avec la collaboration des Abattoirs – Frac Occitanie Toulouse, Suspended Animation, à corps perdu dans l’espace numérique envisage ici cette question sous l’angle de l’humanisme.

A PARTIR DU 24 JUIN :
Installation deMarguerite Humeau présentée dans la nef et Nouvel accrochage des collections

Margerite Humeau, ECHO, A Matriarch Engineered to Die, 2016, vue de l’exposition Fox P2, Palais de Tokyo, courtesy de l’artiste et de Clearing Gallery (Londres, Bruxelles) – Photo : A.MorinAprès la présentation de l’Hommage à Yves Klein de Jean Tinguely, une nouvelle oeuvre monumentale prendra place dans la nef des Abattoirs. L’artiste française Marguerite Humeau (née en 1986, vit et travaille à Londres) y exposera ECHO, A Matriarch Engineered to Die, un étrange éléphant devenu dans l’hypothèse scientifique de l’artiste, une des créatures les plus évoluées du monde. Cette éléphante matriarcale blanche, est équipée d’une perfusion sculpturale et poétique, la rendant capable, au moment de sa mort, de se nourrir de ses
émotions.
Mythes et fantasmes scientifiques sont au coeur du travail artistique de Marguerite Humeau qu’elle mène à partir de recherches scientifiques approfondies réalisées en collaboration avec des spécialistes, afin de retrouver, dans ses installations, le mystère et l’origine possible de la vie humaine et animale.

les Abattoirs, 76 allées Charles-de-Fitte 31300 Toulouse . Tél : 05 34 51 10 60 (accueil musée). http://www.lesabattoirs.org
Du mercredi au vendredi 10h-18h, samedi et dimanche 11h-19h. Nocturnes jusqu’à 20h les jeudis
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

.