Exposition «SÈTE #20» Clémentine Schneidermann – Mid Sète

SÈTE #20 Clémentine Schneidermann

Du 12 septembre au 11 octobre 2020 Vernissage  vendredi 11 septembre à 18 h 30

www.la-mid.fr

«SÈTE #20» Clémentine Schneidermann

jacky rouge 001

La Chapelle du Quartier Haut

Chaque année, l’association CéTàVOIR invite, dans le cadre du festival ImageSingulières, un ou une photographe en résidence à Sète. Une immersion dans la ville pendant quatre à six semaines, où l’artiste sélectionné.e a carte blanche pour réaliser un travail sur le territoire et ses habitants.

En 2020, c’est la photographe française Clémentine Schneidermann qui a été choisie par l’association. Habituellement restituée lors d’ImageSingulières, l’exposition est cette année décalée en raison de la situation sanitaire exceptionnelle liée à l’épidémie de Covid-19, qui nous a contraint à annuler la douzième édition du festival. Clémentine Schneidermann présentera son travail à l’occasion d’une rencontre à l’Espace Georges Brassens, partenaire du festival cette année. Elle signera également le livre SÈTE#20, co-édité suite à sa résidence par CéTàVOIR et les éditions Le Bec en l’air.
« Venez, vous dont l’œil étincelle »

Ce premier vers de La Légende de la nonne, que Victor Hugo composa en 1828 et que Georges Brassens enregistra en 1956, est une injonction à laquelle pourraient souscrire bien des photographes qui, à leur manière, l’adressent également à tous ceux qui regardent leurs images, et plus généralement à tous ceux qui sont convaincus qu’il est indispensable de voir. Ce pourrait donc être une forme de guide pour Clémentine Schneidermann qui, après douze autres photographes, s’est immergée dans la région de Sète, est allée à la rencontre de personnes et de personnages, d’espaces et de lumières. De chats aussi. Elle l’a fait avec dans son œil une étincelle qui, comme à son habitude, sait éviter les catégories, pratiquer une forme douce et curieuse de documentaire qui frise avec la mise en scène de mode, mais également la sociologie, voire l’ethnologie, et qui opère une tension qui nous convainc que le réel – ou ce que nous considérons comme tel – est une inépuisable réserve de fictions.
Clémentine Schneidermann a donc parcouru Sète et les communes voisines par temps de soleil, mais n’a pas insisté sur la chaleur. Elle a préféré rester en demi-teinte, à tous points de vue, ce qui lui permet d’offrir une souplesse de vision confortable. Elle ne décrit pas mais nous entraîne dans des espaces ocres dont les angles jamais trop brutaux attendent calmement des passants ou accueillent, parce qu’ils se font décor, des personnages. […]
– Christian Caujolle

MID Sète Du 18 septembre au 31 octobre 2020 – Vernissage Jeudi 17 septembre / 18h30

HOMER SYKES ENGLAND : THE WAY WE WERE 1968-1983HOMER SYKES ENGLAND : THE WAY WE WERE 1968-1983

Initialement programmée dans le cadre de la douzième édition du rendez-vous de la photographie documentaire ImageSingulières, annulée pour cause de crise sanitaire, l’exposition de Homer Sykes s’inscrit dans la saison culturelle 2020-2021 de la MID avancée d’un mois pour l’occasion.
« England : The Way We Were 1968-1983 » retrace les vingt premières années de sa carrière : deux décennies qui furent pour lui une véritable immersion dans le quotidien, le folklore et les mutations d’un Royaume-Uni en crise, dans une société en proie au doute qui se réinvente à travers une culture pop-rock.

Homer Sykes fait partie de la talentueuse génération de photographes britanniques tels que Martin Parr, Chris Killip, Graham Smith, Chris Steel Perkins ou encore Tony Ray-Jones ; une génération qui, d’emblée, envisage la photographie en termes de style et fait valoir des choix esthétiques, à mi-chemin entre information et création. En 1977, il publie son premier livre Once a Year – Some Traditional Bristish Customs qui illustre et répertorie les fêtes et les cérémonies d’une époque où l’identité britannique est en perte de repères. […] L’auteur n’affiche aucune perplexité ni discours moralisateur. Les pauvres, les humiliés mais aussi la classe dirigeante britannique apparaissent ici sous un même regard bienveillant, une même approche visant à montrer des comportements dans des situations banales ou incongrues : les rues, les lieux de travail, les boîtes de nuits, les moments d’attentes ou d’introspections, les repas, les fêtes trop arrosées, etc. Mais la juxtaposition d’images issues de ces deux mondes permet à elle seule de percevoir le gouffre qui les sépare et de comprendre les raisons d’un malaise social qui s’installe alors en Grande-Bretagne.
– Michael Houlette

Maison de l’image documentaire, 17 Rue Lacan, 34200 Sète
Ouverte en période d’exposition du mardi au vendredi 15h à 18h le samedi de 15h à 19h

Le site est mis à jour chaque fin de semaine pour les événements ou expositions qui ont lieu la semaine suivante, donc ne seront publiées que les informations arrivées le jeudi soir.
Il est nécessaire d’envoyer les informations par mail pour qu’un article soit publié.

Pour une parution, il est fortement conseillé de joindre un texte de présentation de l'exposition, la démarche de l'artiste au format word et des visuels (jpeg).

Vous pouvez laisser vos coordonnées via le formulaire ci-dessous pour annoncer un événement. Merci de votre compréhension !

Le fait de m’envoyer par mail l’annonce d’une exposition n’implique pas qu’elle sera publiée.