Exposition «Rencontres» Bernard Descamps – Toulouse

«Rencontres» Bernard Descamps Madagascar, 2009

Bernard Descamps

Prolongation de l’exposition jusqu’au 23 aout 2020

www.galeriechateaudeau.org

Sous le titre « Rencontres », le Château d’Eau présente une rétrospective du photographe français Bernard Descamps.

Rencontres est le titre de mon premier livre publié en 1976, chez Contrejour.

40 ans plus tard, j’ai choisi de donner le même titre à cette exposition rétrospective à la galerie du Château d’Eau de Toulouse.

Une petite rétrospective de 90 photographies. Quelques séries anciennes ou récentes.

Une série «années 70», une série inédite «Egypte 1985», une grande série «africaine» des années 9O, puisqu’à cette époque l’Afrique «Rencontres» Bernard Descamps  Madagascar, 2009m’occupait pratiquement à temps plein… et une série «japonaise» puisque le japon fut aussi une grande passion…

Le sous-sol du Château d’Eau sera occupé par des travaux plus récents, principalement des images d’Islande que je parcours depuis des années, et une grande série représentative des quatre chapitres de mon dernier livre natura publié en décembre, aux éditions Filigranes.

Rencontres est un ensemble d’images choisies, des images qui ne décrivent pas les objets ou les événements, mais qui voudraient seulement dévoiler de minuscules fragments de temps.

Avec le souhait qu’il suffirait d’arrêter le temps, comme le fait la photographie, pour voir au-delà des apparences.

Bernard Descamps
«Rencontres» Bernard Descamps France, grues cendrées, 2016www.bernarddescamps.fr

Je réalise des images qui ne décrivent pas les objets ou les événements, qui ne racontent rien, mais qui voudraient dévoiler de minuscules fragments du temps.

Je cherche seulement à dialoguer avec ce qui me dépasse, ce qui me surprend, ce qui est source de rêve et de désir, restant solitaire et désespéré face au grotesque et à l’horrible, là où la philosophie et la poésie sont les seuls remèdes…
Décrire la beauté du monde, s’extasier devant la richesse des cultures, découvrir l’autre furent les révélations offertes à l’innocence des premiers voyageurs, des premiers photographes.
Je ne voyage que pour me rencontrer, pour trouver mes images, celles qui sont en moi et que j’essaye inlassablement de faire apparaître.
«Rencontres» Bernard Descamps  Japon, Tokyo Gare de Shinjuku, 1995

L’autre est un guide, un initiateur et un complice dans cette quête.
J’ai toujours espéré que derrière l’aspect visible des choses, se cachait un esprit :
une sorte d’animisme dans lequel la photographie pourrait révéler un peu de cet au delà…
Suffirait- il d’arrêter le temps pour voir au delà des apparences ?

Rêver d’une image idéale.

Je l’ai cherchée, cette image, je la chercherai encore, dans l’ Afrique des origines de l’homme, dans cette sécheresse féconde qui vit naître Lucy – la lumière, en Asie ou tout près de chez moi, partout ou soufflent le vent et la vie…
Peut-être l’apercevrai-je furtivement un jour, cette image, cet autoportrait…
«Rencontres» Bernard Descamps Belgique, forêt de Soignes, 2012Entrevoir, voir sans rien pouvoir dire, faute de mots exacts, faire des images, juste des images…
Bernard Descamps, Février 2014

Galerie Le Château d’Eau 1, Place Laganne 31300 Toulouse. Tél. 05 34 24 52 35 
Du mardi au dimanche de 13h à 19h