Exposition « Réminiscences » Sophie Lavaux et Sylvère | Le Corridor

Réminiscences Sophie Lavaux et Sylvère

http://lecorridor-artcontemporain.com

Du 2 mai au 1 juin 2019 – Vernissage  samedi 04 mai 2019 de 14h à 20h00

Réminiscences Sophie LavauxL’exposition Réminiscences réunit dans les quatre espaces du Corridor les sculptures de Sophie Lavaux et les peintures de Sylvère. Sous des formes différentes les deux artistes interrogent les origines.

Nourries de réminiscences liées à la connaissance de la nature, de la beauté et sensualité de la matière, les sculptures de céramique de Sophie Lavaux fonctionnent comme des révélateurs de souvenirs enfouis.

UN REEL IDEALISE

Les sculptures (de Sophie Lavaux) apparaissent comme un grand puzzle émanant d’un réel idéalisé, entre minimalisme et art conceptuel auxquels l’artiste emprunte l’exigence créative et les tons monochromes, gris, sable, blanc. On sent l’importance du regard porté sur les plantes, écorces d’arbres, graines, pétales de fleurs, et l’élégance de la mise en scène inspirée d’un décor naturel.

…Pour Sophie Lavaux, cette vision moderniste d’une nature en trois dimensions est une métaphore du vivant. En jouant avec les usages naturalistes et les affres du temps, elle accède à un formalisme dépouillé et libéré des contraintes.

Michèle Riché

Sylvère Peinture à l’huile + technique mixte Série « Oblitération » H75 x 55 cmLa peinture de Sylvère faite d’empreintes, de traces, de lignes, de couleurs, de signes géométriques simples et répétitifs rejoint l’essence même de l’art des origines.

UNE  ŒUVRE MONUMENTALE  

Tout humain peut comprendre l’œuvre de Sylvère. Toutefois, au terme de ces explorations, le regard ne sait toujours rien. Le propre de ses œuvres stimulantes pour l’œil-esprit est de ses dérober à la décomposition énumératrice… L’œuvre de Sylvère est répétitive si l’on accepte le postulat selon lequel l’univers, dans sa diversité, est continu. Le répétitif est un mode que l’artiste choisit pour éviter la répétition…Quant aux monochromes, ils représentent une vaste gamme chromatique, sourde, d’où la série des chromonotones timides et complexes qui ne s’enorgueillissent pas du chant d’une couleur unique et triomphante… ils ne révèlent aucune vérité et, pour cela même, touchent graduellement toutes les fibres de l’être. Cette œuvre est austère si l’on admet qu’absence de séduction équivaut à austérité. En fait, toute œuvre sérieuse est austère et celle de Sylvère parle directement d’un langage dru et fort, sans artifice. L’œuvre de Sylvère est monumentale… la moindre portion d’une surface animée par Sylvère a l’ampleur d’un portique, d’un ciel, d’un champ. Il est vrai que l’atelier (du peintre) présente une grande hauteur sous la charpente et que certaines toiles tirent partie de cette hauteur mais on pourrait aussi bien les définir comme de gigantesques minuscules mille fois reportés dans l’espace ; des infinitésimales étendues d’univers. Dernière affirmation : les œuvres de Sylvère fonctionnent par séries… ces séries fonctionnent de manière harmonieuse et logique. Toutefois, … chaque tableau (peut) constituer un arpent de peinture.

Axel Hemery

Le Corridor, Annick et Michel Rey, 3 rue de la Roquette 13200 Arles Tél : 04 90 43 63 62 / 06 81 17 94 89

.