Exposition Nicholas Nixon & Théo Combes – Toulouse

© Nicholas Nixon, The Brown Sisters-1975-3

Nicholas Nixon « Une infime distance » & Théo Combes « Noire Méditerranée »

Du 3 novembre 2021 au 16 janvier 2022 – Vernissage Mercredi 3 novembre à partir de 18h 

Nicholas Nixon « Une infime distance »

Nicholas Nixon a exposé au MoMA de New York à trois reprises, en 1976, 1988 et 2014, dans des présentations personnelles.

Outre la plupart des grands musées américains, ses oeuvres ont été montrées dans des institutions européennes à Hanovre, Berlin, Bruxelles, Madrid et Barcelone entre autres. Il est considéré comme une référence absolue de la photographie documentaire dans ce qu’elle a de plus pur et de plus américain : en noir et blanc, à la chambre grand format, avec des tirages par contact qu’il effectue lui-même et avec une inlassable curiosité pour le monde dans lequel il vit.

La ville comme sa famille, les malades du Sida – qu’il a été un des tout premiers à photographier – comme les nouveaux nés, les couples mixtes ou bien les nus, des détails de son environnement familier comme les arbres pour lesquels il se passionne dans la période récente, des enfants qui rythment l’espace ou encore des personnes âgées en fin de vie, des autoportraits, seul ou avec Bebe, son épouse mais également des voilages qui captent vent et lumière devant une fenêtre, tout est prétexte à explorer les possibilités de la photographie dans sa relation au réel. « Le regard de Nicholas Nixon est un regard sur le temps. Et au fil des années, c’est comme s’il s’était fait plus aigu, plus exigeant, proche du vertige ».

Citer tous ces « thèmes » abordés par Nicholas Nixon, c’est rendre justice à une oeuvre et à une approche que, presque toujours, la magistrale série des « Brown Sisters » pour laquelle, depuis 46 ans, il réalise le portrait de son épouse et de ses soeurs pour un rituel photographique exemplaire a pratiquement occultée.

Étrangement, il aura fallu attendre 2021 pour qu’une institution, en France, présente un ensemble monographique de Nicholas Nixon et permette l’édition du premier ouvrage en langue française de ce septuagénaire déjà entré dans l’histoire de l’image argentique.

Cela a été rendu possible grâce à la riche collection d’une généreuse Maison Européenne de la Photographie, à l’aide des galeries Éric Dupont ( Paris) et de la Fraenkel Gallery (San Francisco) et de collectionneurs privés. Un grand merci à tous.

L’exposition présente, au rez-de-chaussée, l’ensemble des 46 photographies des Brown Sisters, entre 1975 et 2020. Au sous-sol, des extraits des différentes séries, y compris des inédits, montrent la constance d’une approche documentaire qui, au fil du temps, trouve une distance de plus en plus proche et intense au réel représenté.

Christian Caujolle
Conseiller artistique du Château d’Eau

Théo Combes « Noire Méditerranée »

Si le point de départ est bien un questionnement par rapport à la façon dont la Méditerranée, de tous temps, a été espace de migrations, il ne s’agit pas, ici d’un nième « reportage » ou « documentaire » sur l’actualité dramatique de cette situation qui traverse l’actualité.

Théo Combes a décidé, entre Port-Bou et Menton, d’effectuer un voyage qui est un questionnement ouvert, une recherche de signes, une façon d’aller à la rencontre des autres, de se laisser aller aux surprises, de profiter d’un éclat de lumière, d’interroger des espaces.

Son voyage n’est pas celui d’un migrant mais celui d’un regardeur attentif qui cherche à percevoir – peut-être même à comprendre – comment le territoire a été marqué par l’histoire, comment elle y a laissé des indices et comment, aujourd’hui, des hommes et des femmes le traversent et l’habitent. Parcours, mer, architecture, ciels, personnages, aucune hiérarchie entre des genres ou des situations, simplement des notes, des sentiments, des souvenirs d’instants particuliers.

Le choix du noir et blanc, d’une écriture instinctive – avec des cadrages fermes – et d’un grain qui fait vibrer les gris et nous fait partager les émotions.

Une photographie qui ne cherche pas à démontrer ou prouver mais qui, sensible, est en permanent questionnement.

www.toulouse.fr/chateaudeau

Galerie Le Château d’Eau 1, Place Laganne 31300 Toulouse. Tél. 05 34 24 52 35

Du mardi au dimanche de 13h à 19h