Exposition « Miettes » Olu Ogunnaike + Le Club du Poisson-Lune – Bordeaux

Exposition "Miettes" Olu Ogunnaike + Le Club du Poisson-Lune - Bordeaux

« Miettes » Olu Ogunnaike + Le Club du Poisson-Lune

Du 4 novembre 2021 au 26 mars 2022 – Vernissage  jeudi 4 novembre à 19h 

« Miettes » Olu Ogunnaike

Olu Ogunnaike travaille la matière bois sous toutes ses formes : de la sciure au charbon en passant par la résine. Il travaille aussi les mémoires que le bois contient. La manipulation du bois l’amène à se poser la question de l’origine de la matière dont il fait usage, de ses racines, ainsi que des gestes et outils qu’il emploie. Sous couvert d’une esthétique minimale, à priori inhospitalière, sa pratique fait la part belle à des moments de convivialité, auxquels vous êtes invité·e·s.

Lors de sa première visite au Capc, alors qu’il préparait cette exposition, Olu Ogunnaike s’est tourné vers les poutres en pin qui peuplent les hauteurs de l’Entrepôt Lainé, un premier pont vers la forêt des Landes. Il y avait alors une nécessité : celle de faire parler ce bois – l’ossature de ce bâtiment –, et d’en extraire les strates d’histoires.

Un premier geste s’imposa à l’artiste : celui de poncer les poutres du musée pour en obtenir de la poudre de bois, ses miettes. Comme une manière de caresser l’espace tout en le bousculant. Cette poudre, qui ressemble à la fois à des cendres et à de la cannelle, Olu Ogunnaike l’utilise comme matériau pour certaines œuvres présentées dans l’exposition.

Commissaire : Cédric Fauq

Olu Ogunnaike est né en 1986, Londres, Royaume-Uni.
Considérant les arbres comme dépositaires de la mémoire des lieux et des communautés au sein desquelles ils poussent, Olu Ogunnaike cite le bois comme marqueur de rencontres possibles : entre passé et présent ; entre les gens et les espaces qu’ils habitent. Il s’intéresse aux liens qui peuvent être tracés entre les humains et les arbres, marquant le moment ou un arbre est déraciné d’un cadre géographique et place dans autre, ou il pourrait être transformé. Cette histoire ‒ de la nature composite et accumulative de nos identités ‒ sont inextricablement liées à la communauté, au travail et à la transaction d’échange.

Le Club du Poisson-Lune

En 1967, au 94 rue Camille Sauvageau à Bordeaux, apparaissait le Poisson-Lune. Ce café-théâtre qui proposait de la poésie, du théâtre et des expositions était à l’initiative d’une bande d’ami·e·s artistes et poètes menée par Jean-Louis Froment qui sera à l’origine du Capc en 1973. À ce jour, il ne reste aucune archive connue de ce lieu d’expérimentation, seulement quelques mots sur internet, qui témoignent de la courte durée de vie de l’entreprise et de l’énergie déployée.

Plus de 50 ans plus tard, Le Club du Poisson-Lune ré-imagine ce lieu. Ici, la fiction et la poésie prévalent à l’exactitude historique. Faire rentrer Le Club du Poisson-Lune au Capc, c’est ouvrir une faille temporelle : c’est faire avaler son œuf à une poule.

Pour imaginer ce club, le duo d’artistes Deborah Bowmann –deux bordelais installés depuis plusieurs années à Bruxelles– a été invité à en concevoir la scénographie, selon quatre espaces contigus : le Vestibule, le Salon, le Fumoir et la Scène. Ce décor sert à la fois d’écrin aux œuvres des 24 artistes invité·e·s et d’espace de lecture, d’écoute et de conversation pour les membres du club – c’est-à-dire toute personne qui en franchira le seuil.

Commissaire : Cédric Fauq

Avec : Carla Adra, Maurane-Amel Arbouz, Angélique Aubrit et Ludovic Beillard, Aurilian, Flo*Souad Benaddi, Maxime Bichon, Camille Benbournane, Deborah Bowmann, Camille Brée, Hugo Brillet, Elize Charcosset, Kevin Desbouis, Lyse Fournier, Esther Gatón, Kinke Kooi, James Lewis, Thiên-Ngoc Ngô-Rioufol, Samuel Nicolle, Claudia Pagès, Gina Pane, Emma Rssx, Segondurante, Haim Steinbach, Nikhil Vettukatil.

CAPC, Entrepôt Lainé. 7 rue Ferrère, 33000 Bordeaux