Exposition « L´or du Rhin et l´argent de l´Elbe » Elke Daemmrich – Pézenas

Paysages de Wagner en gravures Elke Daemmrich

Du 4 octobre au 23 novembre 2019 – vernissage le 16 octobre 2019 á 18H30

www.ville-pezenas.fr/expositions

Paysages de Wagner en gravures Elke DaemmrichElke Daemmrich vit et travaille entre le sud de la France et Dresde, sa ville natale en Allemagne. Son art émerge dans l’interaction des mondes: sa peinture dans la chaleur du sud de la France et son travail de gravure durant les mois d’hiver dans son studio de Dresde, en collaboration avec le Grafikwerkstatt á Dresde.

Elle crée ses premières eaux-fortes et burins sur cuivre en collaboration avec le musée Goya Castres, France, en 1997 pour son exposition « Los toros », consacrée à Francisco de Goya et à la tauromachie. En 2017, elle a reçu le Prix de la Commission pour l´Unesco à Monaco pour sa série d´estampes « Syria war ».

Les oeuvres présentées dans l’exposition á l´Hôtel Flottes de Sebasan ont été créées lors de deux résidences durant les mois d’hiver 2018 et 19 au Lohengrinhaus – Richard- Wagner-Stätten Graupa, près de Dresde, Allemagne, où elle a essayé d’approcher graphiquement le grand et ambivalent « paysage d’esprit-son » de Richard Wagner. Son point de départ était le paysage saxon en relation avec Wagner et comment il a inspiré son travail musical.

« Le Rhin, c’est l’Elbe ». « Quand Wagner a créé Rheingold, il n’avait pas vu le Rhin », explique Dr. Johannes Burkhardt dans son livre. *

Comme Wagner, elle est partie à pied pour explorer le paysage et le graver dans une relation presque romantique, lors de ses promenades dans les vallées, ainsi que dans son quotidien bain de l´Elbe.

Dans le cadre de ses recherches, elle a également découvert des aspects personnels importants, tels que son amitié et son désaccord avec Nietzsche, ses relations avec ses deux épouses, Minna et Cosima, ainsi que sa petite enfance, marquée par les conséquences douloureuses de la bataille des nations et de la mort de son père.

Les eaux-fortes sur zinc et cuivre, créées de manière magistrale, alimentent l’interpénétration des images intérieures et un processus sensible de leur réalisation physique. Les gravures d’Elke Daemmrich se « trouvent », au-delà de « l’art de projection » courant.

Elles apparaissent de manière organique dans un processus lent, en déroulant des lignes, en formation de surface et d’espace, avec un sens élémentaire pour les matériaux, les formes et les structures

www.elkedaemmrich.com

 

.