Exposition « Looking for ghosts » Geoffrey Badel | Espace o25rjj Loupian

« Looking for ghosts » Geoffrey Badel

Du 7 avril au 6 mai 2018  –  Vernissage Samedi 7 avril 2018 à partir de 19h

http://www.o25rjj.fr

« Looking for ghosts » est une photographie d’une action réalisée au Gouffre de l’Œil Doux dans le massif de la Clape dans le département de l’Aude. Je me suis immergé dans l’eau saumâtre jusqu’à ne plus pouvoir toucher le fond pour ainsi lever la main hors de l’eau. Cette photographie est la première étape de mon travail de recherches autour du gouffre.
La photographie révèle la présence d’un corps invoquée par cette main. Elle cherche à faire appel aux multiples fictions mélangées à des faits réels que génèrent ce lieu : La profondeur du gouffre reste inconnue par les scientifiques ; le commandant Cousteau y serait venu chercher un trésor, des baigneurs se seraient noyés à cause de résurgences, le bassin aurait été créé par le crash d’une météorite, les seuls animaux seraient des oiseaux bleus, l’Œil Doux serait le seul cénote en France, les Mayas considéraient ces puits comme un moyen de communication avec les dieux de l’inframonde, l’Eglise aurait caché tous les écrits du gouffre pour chasser les vieilles légendes, etc. …
À travers ce projet, je cherche à revisiter et à réactiver l’histoire de ce lieu chargé en superstitions et en faits divers. En récoltant des témoignages et des informations issus de livres anciens, je souhaite m’emparer d’une mémoire collective et mener une exploration aussi bien géographique que mentale.

Cette image est le point de départ que l ’artiste a choisi pour son projet de résidence à l’Espace o25rjj qui débutera en mai 2018

Geoffrey Badel, né en 1994, vit et travaille à Montpellier.
C’est un artiste polymorphe utilisant le dessin, la vidéo et l’action dans lesquels la main est son principal outil de prédilection. Il met en scène le corps, dans un contexte choisi, par la création d’un langage de gestes évoquant les notions du mystère et de l’inexplicable. Sa démarche s’inscrit dans une tentative de « faire langue », de penser un idiome de sens, d’affects et de percepts. Il interroge notre rapport à l’Autre, notre aptitude de s’exprimer et de communiquer. Ces questions sont apparues dès l’enfance puisque ses deux grands-parents sont sourds. De ce fait, il fut très tôt sensibilisé à une manière différente de faire sens. Ce fut sa première confrontation au langage et également à l’Autre n’ayant pas la même appréhension du monde. Ces expériences l’ont mené vers des réflexions sur l’identité, l’altérité et la perception sensorielle. Il se place comme un observateur de l’hors-champ quotidien, des comportements sociaux et de l’occupation des images dans notre vie. S’intéressant à la mise en œuvre d’idées dans d’autres domaines artistiques, il puise ses références dans l’histoire de la magie, du cinéma et du paranormal. 
Actuellement, Geoffrey Badel enclenche un protocole de travail précis pour chacune de ses pistes de recherches: se déplacer, se rendre sur le lieu choisi et récolter des informations et de la matière pour en extraire des formes et des gestes.

 

Chez Pascale Ciapp & Thomas Andro  25 Rue Jean Jaurès – Loupian (34) C’est ici

Vous aimerez aussi...