Exposition “Life Time” Mona Oren – Toulouse

Exposition “Life Time” Mona Oren – Toulouse

Life Time  Mona Oren 

Du 25 juin au 28 août 2021 

Life Time, la première grande exposition personnelle de Mona Oren, navigue entre les deux matériaux de prédilection qui dialoguent dans son oeuvre depuis 20 ans : la cire et le sel.

L’artiste sème des fleurs de cire dans la mer Morte, laisse le temps et le sel faire oeuvre de cristallisation et de recouvrement. A travers une cinquantaine d’oeuvres, la Fondation espace écureuil propose aux visiteurs de plonger tout l’été dans le cycle de la vie.

Entre sculptures, vidéos, installations, dessins, l’œuvre de Mona Oren se déploie sur les murs de la Fondation. Comme elle le dit très bien elle-même, son travail se fonde “sur la mesure du temps, sur la mémoire et sur l’empreinte”.

Combinant deux matériaux de prédilection : la cire et le sel, Mona Oren joue de leurs spécificités. La cire tour à tour liquide et solide, translucide. Et le sel, aux vertus vivantes et expansives.

Elle crée des formes organiques aux contours hybrides. La cire, un temps magnifiée par le sel, se fige sous son effet prolifique et étouffant. Ainsi, les œuvres semblent soumises à des cycles de vie.

Sylvie Corroler, directrice de la Fondation

Réalisées entre la mer Morte, Israël, la France, lors d’ateliers ou dans un appartement sous les toits, certaines oeuvres sont présentées pour la première fois.

Dead Sea Project

En 2002, alors étudiante aux Beaux-Arts, Mona Oren entreprend de planter un champ de fleurs blanches en cire dans la mer Morte. Près de 20 ans après cette première performance filmée, elle revient et sème à nouveau des fleurs dans l’eau, noires cette fois. Elle fait le geste vain de la semence là où rien ne pousse.

La floraison n’aura pas lieu, les fleurs se couchent sous le poids du sel, se recouvrent de cristaux, disparaissent à la vue des vivants. L’année dernière, retour sur la mer Morte, cette fois pour aller chercher des pièces en cire, des cocons, fruits bizarres nés de l’idée des fleurs, plongés dans l’eau depuis un bateau.

Sont rapportés à la surface d’un paysage lunaire, de belles images, de beau objets délicats et fragiles, les objets de la renaissance.

Ces performances, montrées à la Fondation dans la vidéo Dead Sea Project, sont au coeur du travail de Mona Oren, fondé sur la mesure du temps, sur la mémoire et sur l’empreinte. Les fleurs et cocons sont les formes organiques, proches de la nature, qui montrent les cycles de vie.

Wax Tulip Mania

Pendant le confinement, coincée dans un espace circonscrit, Mona Oren invente une nouvelle expérience qui répond à un besoin : reconstruire ce qui nous relie à travers une oeuvre interactive collective. Chacun est invité à lui commander un bouquet de tulipes en cire qu’il reçoit par la poste et à lui envoyer une photo en retour.

Cette installation virtuelle, toujours en cours et générée en ligne, invite à contempler 10 000 bouquets de tulipes en cire qui se répandent à travers

le monde, ne formant qu’un seul champ.

Mona Oren expose un grand bouquet de tulipes et dévoile le processus.

Elle développe, dans sa pratique artistique, un pôle d’expertise en moulage et coulée en cire. Ses oeuvres ont fait l’objet de nombreuses expositions, tant dans les musées que dans les galeries, en France et à l’étranger.

Rencontres avec le public : Samedi 26 et mercredi 30 juin, puis samedi 3, dimanche 4, mercredi 7 et samedi 10 juillet. A 17h30, sans inscription, dans la limite des places disponibles.

Fondation Écureuil 3 place du Capitole, Toulouse, Tél :  05 62 30 23 30 

Du mardi au samedi de 11h00 à 18h00 et le premier dimanche du mois de 15h00 à 18h00.