Exposition “L’eau à la bouche” – Collioure

Exposition "L'eau à la bouche" Amandine Artaud Ligne de flottaison, 2010 / Débords, 2010 Bouée, chaîne / Bois, acier, verres 198 x 40 cm / 126 x 500 x 45 cm

L’eau à la bouche  Amandine Artaud – Augustin Hanicotte – Beatriz Garrigó

Du 16 février au 24 mai 2020

www.collioure.com/collioure/musee-d-art-moderne

Comment la mer nourrit les hommes ?

DBeatriz GarrigóBaie de Collioure, « paysage mer », 2008e l’époque gothique jusqu’à nos jours, la mer a amené sur ses flots ou porté en son sein de quoi nourrir les habitants de Collioure. Le Royaume de Majorque (1276 – 1344) voit marchandises, tissus, pigments, épices et céramiques arriver de lointains comptoirs jusqu’ici.

A partir du Moyen-âge, sardines et anchois feront la richesse de Collioure et restent aujourd’hui encore les ambassadeurs d’un savoir-faire bien vivace dans la préparation de ces poissons. Pêcheurs et ravaudeuses inspirent nombre d’artistes qui peignent les gestes séculaires de ce peuple fier. La plage devient chaque matin, au retour de pêche, le spectacle d’une vie intense et colorée.

A partir des années 60, le tourisme brûle les barques qui encombrent désormais le front de mer, nouvelle « vitrine » de la cité touristique en devenir. Les bancs de poissons ont déserté la côte, laissant la place à un tourisme avide de bain de mer et de soleil. Quelques barques restaurées évoquent un passé révolu, les filets sont remplacés par les serviettes de bain et l’appel du large s’arrête aux bouées jaunes.

Le musée a puisé dans ses collections quelques oeuvres comme autant de clins d’oeil à cette histoire nourricière.

Beatriz Garrigó Baie de Collioure, « paysage mer », 2008

Peintre et céramiste, Beatriz Garrigó épouse avec son pinceau les tourments d’une mer agitée par la tramontane, et dont les
assauts téméraires sont contenus par l’anse ramassée, formée par la plage et son clocher. Le port renferme la mer comme les céramiques de Beatriz enferment quelque huile précieuse, renouantavec la grande tradition des arts du feu catalan.

Augustin Hanicotte La grande plage, 1925-1935 Aquarelle sur craft marouflé sur toile 270 x 473 cmAugustin Hanicotte La grande plage, 1925-1935

Dans cette vaste toile, sorte de fresque à la fois historique et idyllique, Augustin Hanicotte peint l’animation de la plage de Collioure au retour de la pêche avec une minutie toute flamande teintée d’une truculence pleine d’humour. Les pêcheurs étalent les filets, tirent des barques,
transportent des paniers de poissons, grimpent dans les charrettes, les femmes bavardent par groupes avec les cruches à eau sous les bras,
les ânes patientent chargés de paniers… le tout sous l’oeil débonnaire du curé.

Amandine Artaud Ligne de flottaison, 2010 / Débords, 2010 Bouée, chaîne / Bois, acier, verres 198 x 40 cm / 126 x 500 x 45 cmAmandine Artaud Ligne de flottaison, 2010 / Débords, 2010

Les pièces d’Amandine Artaud nous renvoient aux lois immuables de la physique. Elles questionnent la gravité et s’engagent non loin du point de rupture.

La bouée d’habitude si légère, devient ici une masse inerte proche de la chute. Mais c’est son reflet, ici démultiplié, et inversé qui flotte dans le fond du verre rempli d’eau salé.L’artiste nous faitainsi basculer dans un monde à l’envers, entre illusion et apesanteur.

Villa Pams – Route de Port-Vendres 66190 Collioure . Tél : +33 (0)4 68 82 10 19

Ouvert tous les jours du 1 juin au 30 septembre  de 10h à 12h et de 14h à 18h.