Exposition « Le bleu du ciel dans l’ombre » Manuela Marques | Musée de Lodève

« Le bleu du ciel dans l’ombre » Manuela Marques

Du 12 janvier au 19 mai 2019

http://www.museedelodeve.fr

Manuela Marques Ombre 3, 2018 Impression numérique sur papier intissé, 150 x 240 cm © ADAGP Paris 2018On retrouve dans la poésie de ce titre le caractère énigmatique du travail de Manuela Marques. Sans s’absoudre de la réalité, les photographies de Manuela Marques convoquent une nature observée, transformée, ré-enchantée.

Subjuguée par les paysages arides des causses, la photographe et vidéaste Manuela Marques est
venue sur plusieurs périodes en 2015 et 2016 en résidence d’artiste sur le site de Cantercel (causse du Larzac). À la demande du Musée de Lodève, l’artiste s’est attachée aux notions liées à l’identité du musée, à savoir : la trace, l’empreinte, matières, prélèvements, déplacements… Avec près d’une quarantaine d’oeuvres, l’exposition restitue ce regard singulier que l’artiste porte sur la nature.
Manuela Marques La traversée, 2017, impression pigmentaire sur papier baryté, 65 x 97,5 cm © ADAGP Paris 2018Ici point de narration, pas d’instant décisif, ni de visage et de repères

une nouvelle approche du paysage

En parlant de paysage on pense à une vaste étendue emplie de choses fabriquées et naturelles qu’il est possible de parcourir des yeux en imprimant à notre corps un mouvement de rotation à 360 ° pour élargir l’ouverture limitée de notre champ visuel. On l’identifie à l’horizon sur fond duquel se détachent les arbres, les maisons, les châteaux d’eau ou les pylônes, les silhouettes humaines, et le
panoramique est souvent la meilleur façon de le représenter. [..]
Manuela Marques Impression pigmentaire,sur papier baryté 65 x 97,5 cm © ADAGP Paris 2018Mais en « ouvrant » l’objet j’en fais l’horizon intérieur de ma vue et voilà qu’il devient paysage à son tour. Cette façon d’opérer suppose une certaine démarche analytique assez éloignée de la compréhension spontanée de ce que nous appelons paysage. Elle caractérise néanmoins très bien le récent travail de Manuela Marques dans sa façon de procéder à une sorte de fragmentation systématique de la visée paysagère. Il ne s’agit pas pour elle, me semble-t-il, d’isoler de façon fétichiste certaines de ces | 7 | vues sensées une fois cumulées représenter la totalité d’un paysage.
Ce que l’on pourrait prendre pour des objets partiels, surgis ici et là au milieu des images (entre elles mais aussi à l’intérieur d’elles), ne saurait
ni se substituer à l’ensemble ni avoir valeur métonymique en valorisant ces parties à sa place. Chaque objet vaut pour lui-même tout en renvoyant au paysage auquel il appartient comme une pars totalis. […]

On sait que la métaphore du théâtre a été le prisme principal à travers lequel on a regardé les paysages au XVII° siècle. On parlait alors de « théâtre des villes », de « théâtre de la nature », de « théâtre du monde » et le paysage était largement identifié à un décor. Mais quand la science géographique s’en est mêlée, on a peu à peu changé de paradigme privilégiant l’observation et l’expérimentation. John Brinckerhoff Jackson résume brillamment cette évolution : [au début du dix-neuvième siècle, le paysage devient un] « décor naturel que l’homme ne doit pas contaminer de sa présence ». Dès lors, cette métaphore [du théâtre] abandonnée, il faut en chercher désormais une autre. Mais nous ne l’avons pas encore trouvée. […]
C’est pourquoi on comprend la démarche quasi expérimentale de Manuela Marques qui cherche de nouvelles lignes de forces afin de reconstruire à partir de cet héritage un paradigme capable de rendre compte de la complexité du réel. On ne peut plus, en effet, se contenter de cette définition classique avec point de fuite, cadre et horizon. Le paysage comme vis-à-vis ou comme face à face avec la nature n’a plus guère de sens pour qui en fait
l’expérience contemporaine.
Manuela Marques, sans abandonner le vocabulaire qui nous a permis d’en parler jusqu’à aujourd’hui, en construit une nouvelle syntaxe. […]

Musée de Lodève hors les murs Celliers des évêques, Boulevard Gambetta 34700 Lodève . Tél : 04 67 88 86 10

Vous aimerez aussi...

Le site est mis à jour chaque fin de semaine pour les événements ou expositions qui ont lieu la semaine suivante, donc ne seront publiées que les informations arrivées le vendredi avant la date de l'expsoition. Il est donc nécessaire d’envoyer les informations par mail pour qu’un article soit publié.

Pour une parution, il est fortement conseillé de joindre un texte de présention de l'exposition, la démarche de l'artiste et des visuels.

Vous pouvez laisser vos coordonnées via le formulaire ci-dessous pour annoncer un événement. Merci de votre compréhension !

Le fait de m’envoyer par mail l’annonce d’une exposition n’implique pas qu’elle sera publiée.