Exposition “LA TRAVERSÉE DES APPARENCES” Nicolas Maureau | Omnibus – Tarbes

Du 21 avril au 20 mai 2017. – Vernissage 21 avril à partir de 19h.

Nicolas Maureau, Le diseur de bonne aventure, 2016. Huile sur toile, 97 x 130 cmhttp://laboratoire-omnibus.over-blog.com

Nicolas Maureau revisite des sujets appartenant à l’iconographie classique dans des tableaux d’une grande intensité dramatique, fonctionnant comme des arrêts sur image. Empreinte de références à l’histoire de l’art dans ses choix thématiques et jusque dans sa technique, sa peinture évoque une version contemporaine de celle du = Caravage, ce maître sulfureux du début du XVIIe siècle, connu pour son usage du clair obscur.
Découpés et théâtralisés par les fonds noirs unis qui forment l’arrière plan de chaque tableau, les personnages hyperréalistes peints par Nicolas Maureau se détachent comme des papillons épinglés par une lumière qui semble sourdre de leur propre corps, en partie dévêtus. Les vêtements et quelques rares accessoires, téléphone LES COUSEURS - Nicolas Maureau,portable ou tatouage, replacent les protagonistes dans notre époque. Comme dans la peinture classique, dont les héros étaient volontiers nus, Nicolas Maureau s’intéresse à la représentation du corps humain, à son anatomie, à la qualité de la texture de la peau, aux ombres et aux lumières qui la parcourent, tandis que les shorts en nylon et les jeans deviennent le prétexte à des études de drapés et de fluidité des matières. D’un tableau à l’autre, des échos se créent entre tous ces portraits d’hommes et
de femmes, en un étrange cortège de mouvements arrêtés. Le temps est inscrit dans ces figures aux chairs lumineuses qui apparaissent alors comme des incarnations symboliques de la fragilité de l’existence.

Concentrés ou méditatifs, généralement dirigés hors champ, leurs regards de pythies semblent transpercer le JEUNE HOMME AU LIVRE - Nicolas Maureau,spectateur lorsqu’ils se tournent vers lui.
Le titre des oeuvres vient éclairer le mystère des situations. Scènes bibliques, mythologiques ou inspirées de la peinture dite « de genre », qui montrait des individus anonymes dans leurs occupations quotidiennes, Nicolas Maureau développe des thèmes traités par les plus grands
artistes des siècles passés, en multipliant les jeux de décalage.

Entrechoquant passé et présent, il cultive l’ambiguïté en choisissant des sujets où il est question de métamorphoses, de désir amoureux, de séduction et de beauté fatale, d’identité sexuelle et de rapports de force entre les hommes et les femmes.
PHILLIS ET ARISTOTE - Nicolas Maureau,Couseurs, lavandiers, ou diseur de bonne aventure, dans sa dernière série de tableaux il joue plus légèrement avec le sens du mot genre, pour inverser les rôles et déconstruire les schémas habituels.

Au delà des apparences, de l’expressivité et du réalisme de ses personnages, Nicolas Maureau fait appel à ces légendes et images qui irriguent notre imaginaire commun pour interroger la société contemporaine. Les aplats noirs qui décontextualisent les scènes accentuent la dimension du mythe qui est au centre de son travail. De la peinture d’histoire, à l’heure de la parité et des questions de genre.
ERIKA BRETTON

Omnibus – Laboratoire de propositions artistiques contemporaines, 29 avenue Bertrand Barère 65000 Tarbes 05 62 51 00 15
Du mercredi au samedi de 15h à 19h et sur rendez-vous. Entrée libre

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInEmail this to someone

Vous aimerez aussi...