Exposition « Des sirènes au fond des prunelles » Anne-Charlotte Finel

Des sirènes au fond des prunelles Anne-Charlotte Finel

Du 6 juillet au 22 septembre 2019 – Vernissage vendredi 5 juillet 18:30-21:00Anne-Charlotte Finel, Sans titre (travail en cours), 2019, Vidéo HD, Courtesy de l'artiste, de la galerie Jousse Entreprise et Centre d'art Le Lait

www.centredartlelait.com

Jour/nuit, nature/culture, arti­fi­ciel/natu­rel… On pour­rait égrainer ainsi les nom­breu­ses dicho­to­mies qui peu­plent le tra­vail d’Anne-Charlotte Finel. Néanmoins, loin de confron­ta­tions binai­res et fron­ta­les, ses œuvres jouent au contraire de sub­ti­les varia­tions, d’infi­mes mou­ve­ments, par­fois à peine per­cep­ti­bles, qui en font toute la richesse et la sin­gu­la­rité.

Qu’elle filme ces espa­ces tran­si­toi­res, à l’orée des villes, où la nature semble avoir repris ses droits, qu’elle s’inté­resse à d’impres­sion­nan­tes archi­tec­tu­res scin­tillant dans la nuit, ou observe au plus près des phé­no­mè­nes natu­rels ou scien­ti­fi­ques, Anne-Anne-Charlotte Finel, Sans titre (travail en cours), 2019, Vidéo HD, Courtesy de l'artiste, de la galerie Jousse Entreprise et Centre d'art Le LaitCharlotte Finel par­vient tou­jours à trans­cen­der les images sai­sies. Loin d’une obser­va­tion dis­tan­cée et scien­ti­fi­que, la sin­gu­la­rité de sa démar­che tient dans la poésie qu’elle par­vient à insuf­fler à ses œuvres. Ce déca­lage per­ma­nent, cette infime modi­fi­ca­tion de nos points de vue, cette manière de révé­ler l’indi­ci­ble, font tout l’inté­rêt de son tra­vail.

Elle par­vient, à partir d’une situa­tion a priori banale, à nous « embar­quer » dans son uni­vers entre chien et loup, à la bor­dure de lieux et de phé­no­mè­nes qui ne s’appré­hen­dent pas immé­dia­te­ment et deman­dent du temps afin de com­pren­dre ce qui nous est donné à voir. Les images qu’elles cap­tu­rent devien­nent ainsi de véri­ta­bles « envi­ron­ne­ments », dif­fi­ci­les à iden­ti­fier, qu’ils soient micro­sco­pi­ques – lorsqu’elle se penche sur l’évolution d’orga­nis­mes vivants tels que des algues ou le résul­tat de pro­ces­sus chi­mi­ques – ou à l’inverse déme­su­rés, quand elle se confronte à de grands ensem­bles indus­triels.

Anne-Charlotte Finel, Sans titre (travail en cours), 2019, Vidéo HD, Courtesy de l'artiste, de la galerie Jousse Entreprise et Centre d'art Le LaitSans bas­cu­ler vers l’abs­trac­tion – cer­tai­nes de ses vidéos per­met­tent d’ailleurs d’échafauder une amorce de nar­ra­tion –, Anne-Charlotte Finel ins­taure un rap­port sen­si­ble et sen­so­riel à son tra­vail, qui nous amène par­fois aux confins de l’ima­gi­naire. Cette sen­sa­tion d’être happé, absorbé par l’œuvre, s’ori­gine dans sa manière de filmer.

En pous­sant la tech­ni­que dans ses retran­che­ments, elle par­vient à donner une réelle maté­ria­lité aux images, jusqu’à lais­ser par­fois appa­raî­tre motifs, tex­tu­res ou pat­terns. L’artiste est également très atten­tive aux bandes-son qui accom­pa­gnent ses films. Elle tra­vaille ainsi depuis plu­sieurs années avec le musi­cien Luc Kheradmand à la créa­tion de nappes sono­res qui vien­nent sou­li­gner la dra­ma­tur­gie des images.

Anne-Charlotte Finel, Sans titre (travail en cours), 2019, Vidéo HD, Courtesy de l'artiste, de la galerie Jousse Entreprise et Centre d'art Le LaitSi l’expo­si­tion à Albi s’ins­crit dans la conti­nuité de ses pro­duc­tions pré­cé­den­tes, il est à sou­li­gner qu’Anne-Charlotte Finel a récem­ment arpenté de nou­veaux ter­ri­toi­res, encore inex­plo­rés pour elle, qui for­ment aujourd’hui la base d’une nou­velle pro­duc­tion. Elle a en effet effec­tué une rési­dence sur l’île de Molène, où elle a pu se confron­ter à l’écosystème marin pro­pres à cette île au large du Finistère.

Diplômée de l’École natio­nale supé­rieure des Beaux-Arts de Paris, Anne-Charlotte Finel (née en 1986 à Paris, où elle vit et tra­vaille) a béné­fi­cié d’expo­si­tions per­son­nel­les à la gale­rie Édouard Manet de Gennevilliers (2017), aux Ateliers Vortex de Dijon (2018), à la gale­rie Jousse Entreprise à Paris (2018), en Russie (Mourmansk, Kazan, Vladivostok, Saratov, Kaliningrad), dans le cadre d’un pro­gramme avec l’Institut Français de Saint-Pétersbourg (2018).

Anne-Charlotte Finel, Sans titre (travail en cours), 2019, Vidéo HD, Courtesy de l'artiste, de la galerie Jousse Entreprise et Centre d'art Le LaitElle également pré­senté son tra­vail au Musée du Quai Branly (Paris), au Musée de la Chasse et de la Nature (Paris), au Palais de Tokyo (Paris), au FRAC Poitou-Charentes (Angoulême), pro­chai­ne­ment au Musée d’Art de Nantes, et lors de nom­breux fes­ti­vals et événements dédiés à la vidéo, notam­ment à la Synagogue de Delme et au Carreau du Temple (Paris). Elle a été lau­réate du Salon de Montrouge en 2016. Elle est repré­sen­tée par la gale­rie Jousse Entreprise, Paris.

Centre d art le Lait, 28 rue Rochegude, 81000 Albi Du mercredi au dimanche de 13h à 18h.

Renseignements : 05 63 38 35 91 / 09 63 03 98 84