Exposition collective “l’art de la discrétion” | Espace Écureuil – Capitole

“l’art de la discrétion”

Du 24 novembre 2017 au 24 février 2018 – Vernissage jeudi 23 novembre à 18h30

http://www.caisseepargne-art-contemporain.fr

l'art de la discrétion

Boris Achour, Francis Alÿs, Silvia Bächli, Robert Barry, Brigitte Chapou, Didier Courbot, Fréderic De Manassein, herman de vries, Robert Filliou, Pierre Huyghe, Jirí Kovanda, Quentin Jouret, Gianni Motti, Oscar Mu&ntildntilde;oz, Roman Ondák Gabriel Orozco, Abraham Poincheval et Laurent Tixador, Benoît Pype, Jean-Jacques Sempé, Eric Watier, William Wegman

l'art de la discrétionLe véritable art est celui qui ne paraît pas être de l’art et on doit par-dessus tout s’efforcer de le cacher.Baldassare Castiglione, le livre du courtisan, 1528

Peut-être que l’art véritable du discret ne consisterait pas tant à produire un objet qu’à inventer une manière de regarder le monde, faite de patience et de délicatesse.

Alors que l’art contemporain semble ces dernières décennies avoir embrassé certaines formes spectaculaires, jusque-là réservées au domaine de la mode ou de la promotion (surexposition de certains artistes et mise en scène de soi, monumentalisme et parfois démagogie des oeuvres, stratégies de l'art de la discrétionlancement, de production, de diffusion…), on voit s’épanouir dans les marges toute une scène qui, à l’inverse, développe des tactiques fondées sur le moins, le manque, l’incertain ou l’invisible.
L’exposition tente de rassembler, de désigner cette scène sous le vocable de « discrétion ».

Réservé, ou pudique, « le discret » est celui qui sait passer inaperçu, se fondre dans le décor ou garder un secret.
Peut-être que l’art véritable du discret ne consisterait pas tant à produire un objet qu’à inventer une manière de regarder le monde, faite de patience et de délicatesse.

Ce « thème » (si c’en est un) ne se laissera pas enfermer. Il faudra le chasser, le lever, l’appréhender avec douceur, le parcourir plus que l’« exposer ».
Nous ferons donc sonner le mot « discrétion » (comme une cloche que l’on frappe), pour mieux faire vibrer ce qui l’entoure. Nous baladerons notre « concept » à travers différentes pratiques, différentes époques, différentes disciplines pour faire apparaître, en creux, un certain art de vivre et de sentir.

Quentin Jouret, commissaire de l’exposition

Photos, vidéos, tableaux, sculptures, objets, installations… L’exposition réunit une quarantaine d’oeuvres classiques et contemporaines, prêtées par le musée des Augustins, le musée Saint-Raymond – musée des Antiques de Toulouse, le musée Georges-Labit, le musée Paul-Dupuy et les fonds régionaux d’art contemporain (FRAC).
Le visiteur découvre 10 petits espaces, dont chacun abrite quelques pièces qui dialoguent et se répondent autour de différentes qualités liées au discret : le peu, le détail, l’anonymat, le silence, le rien

Fondation Écureuil 3 place du Capitole, Toulouse, Tél :  05 62 30 23 30 

Vous aimerez aussi...