Exposition « Cœurs, Corps, Gueules » | Nayart La Minoterie

Cœurs, Corps, Gueules

Du 14 juin au 22 septembre 2019 – Vernissage vendredi 14 juin à partir de 19h00

www.nayart.com

Jérôme Bouscarat Nathalie Deshairs Fernand Fernandez Daniela Iaïza Jean Lafforgue Valérie Perlein Philippe Pujo Pascale Vergeron

Jérôme Bouscarat, Sans titre, technique mixte sur bois Nayart La Minoterie« L’art est « causa mentale » affirmait Léonard de Vinci. La création n’a pas craint les excès de cervellités, mais son histoire est aussi jalonnée de postures, de passions, de traits de caractère, de déchirements et d’un déchaînement de sentiments.
Notre rapport à l’art s’est souvent nourri, dit-on, d’un désir irrépressible de compréhension. Une part d’irréconciliable se serait creusée entre le monde de l’artiste et celui qui observe son oeuvre.

Le « terrorisme théoricien » comme le disait Paul Ardenne a orienté le sensible, créant certainement un assèchement entre les mondes, des pôles bien définis et des distances bien délimitées.

Entre les oeuvres et les hommes, On a établi des barrières. On a dressé des murs. On a imaginé des stéréotypes, des modèles, des idéalités…
Cœurs, Corps, Gueules Daniela Iaïza, série les voluptueuses, dessin collage sur toile,Pourtant la place du corps, dans toutes ses latitudes, a contrarié la sanctuarisation de l’oeuvre. Le rapport à l’intime et à la chair qu’elle dévoile demeure inscrit en nous. Notre aptitude au trouble et au tressaillement est restée intacte.

Contempler ces « machines sismiques », disait Kafka, c’est s’abstraire un instant pour constater à quel point elles nous ressemblent.

L’image du corps a toujours chuchoté un cri muet, une émotion profonde, un temps précieux et confisqué, un sentiment d’autant plus fort qu’il parle de notre humaine condition.

La Minoterie, à l’occasion de cette nouvelle exposition d’envergure après son projet sur l’Iran, se penchera plus précisément, sans Cœurs, Corps, Gueules Nathalie Deshairs, Sans titre 362, huile sur papier marouflé sur toile,atténuation ni compromis, sur le rapport plus épidermique que l’artiste entretient avec son oeuvre et sur les secousses corporelles que cette dernière engendre sur le spectateur. Notamment à l’occasion d’échanges avec le public, de conférences et de rencontres avec les artistes.

Evoquer le corps, ses apparences comme sa consistance, sa finitude comme sa beauté, c’est d’abord poser un regard sur l’autre, sur l’altérité et sur la différence originelle. Sur ce qui fait une possible réconciliation. Car l’esprit de l’art tant décrié n’y est pas étranger.

Ce qui nous sépare s’étiole l’espace d’un instant. Nous nous retrouvons, nous nous affrontons à ce que nous pourrions être. Nous nous devinons dans ce même coeur, ce même corps et cette même gueule »

Alain-Jacques Lévrier-Mussat

Nayart – la Minoterie 22 Chemin de la Minoterie · 64800 NAY · Tél. : 05 59 13 91 42
Ouvert du jeudi au dimanche de 14h à 18h.  www.facebook.com/nayart.nayart .