Exposition « Aurès 1935 » Thérèse Rivière et Germaine Tillion | Pavillon Populaire – Montpellier

« Aurès 1935 » Photographies de Thérèse Rivière et Germaine Tillion 

Du 7 février au 15 avril 2018 – Vernissage mardi 6 février à 18h30

https://www.montpellier.fr/les-expos-du-pavillon-populaire

Thérèse Rivière, Femme portant un tatouage sur le front. Population Ouled Abdi, août 1937 © Thérèse-Rivière. Aurès, 1935. Photographies de Thérèse Rivière et Germaine Tillion – Pavillon Populaire, MontpellierCette exposition du Pavillon Populaire présente, pour la première fois ensemble, une sélection de photographies prises par deux jeunes chercheuses, Thérèse Rivière et Germaine Tillion, lors d’une mission ethnographique conduite à partir de 1935 dans l’Aurès.

De même que la célèbre mission Dakar-Djibouti (1931-1933) conduite par Michel Leiris et Marcel Griaude en Afrique subsaharienne ou que l’expédition en Amazonie de Claude Lévi Strauss (1934), leur longue enquête est menée au nom du musée d’Ethnographie du Trocadéro, qui deviendra en 1937 le musée de l’Homme.

Si Thérèse Rivière s’est plutôt concentrée sur l’étude des activités matérielles et à l’économie domestique, Germaine Tillion, Jeune garçon Brahim le jour de sa circoncision. Ouled Abderrahmane, septembre 1935 © Germaine Tillion. Aurès, 1935. Photographies de Thérèse Rivière et Germaine Tillion – Pavillon Populaire, MontpellierGermaine Tillion s’est quant à elle consacrée à celle des relations de parenté et de
pouvoir dont traiteront par la suite ses ouvrages Le Harem et les cousins (1966) et Il était une fois l’ethnographie (2000).

Longtemps oubliée, la masse des images fixes et animées, des dessins, des enregistrements sonores, des notes de terrain réunies par les deux chercheuses et le millier d’objets versés par elles dans les collections du musée donnent la mesure de la tâche exceptionnelle d’observation accomplie par « ces formidables ethnographes de terrain » (Nancy Wood).

Leur regard sur la société aurésienne d’alors peut être rapproché de la démarche qui, avec Walker Evans, Dorothea Lange et les autres membres du programme de la Farm Security Administration s’est, dans les mêmes années, attachée à documenter par l’image et par le texte la situation sociale de la paysannerie pauvre du Sud-américain frappée par la grande crise des années 1930.

Christian PHÉLINE, Commissaire de l’exposition

Conférence ‘Aurès 1935’ avec Christian Phéline

Conférence à l’auditorium du Musée Fabre le Mercredi 7 Février 2018 de 16h00 à 18h00 avec Christian Phéline, Commissaire de l’exposition Aurès 1935. Photographies de Thérèse Rivière et Germaine Tillion 
(Entrée libre et sans réservation – 39 boulevard Bonne Nouvelle – Montpellier).

Témoignage de la pratique ethnographique des années 1930, les photographies prises par Thérèse Rivière et Germaine Tillion au cours d’une mission conduite sur plusieurs années dans l’Aurès donnent à voir une société traditionnelle encore préservée et la différence des regards que chacune des deux chercheuses porte sur elle. Elles ramènent aussi à la source des engagements algériens de Germaine Tillion après 1954 comme de sa pensée d’ethnologue (Le Harem et les cousins, 1966).

Ayant longtemps exercé des responsabilités dans l’administration de la culture et des médias, Christian Phéline est l’auteur de L’Image accusatrice (Cahiers de la photographie, 1985), essai sur les origines de la photographie signalétique et du portrait ethnographique. Lié à l’Algérie par sa famille depuis plusieurs générations et y ayant travaillé comme coopérant peu après l’indépendance, il a publié plusieurs ouvrages sur la société coloniale, notamment Les Avocats « indigènes » dans l’Alger coloniale (Riveneuve, 2016). Il a également co-écrit, avec Agnès Spiquel, Camus, militant communiste : Alger 1935- 1937 (Gallimard, 2017).

Pavillon Populaire, Esplanade Charles de Gaulle — 34000 Montpellier T +33 (0)4 67 66 13 46
Du mardi au dimanche (sauf 25 décembre, 1er janvier et 1er mai)
Hiver : 10h – 13h et de 14h – 18h / Eté : 11h – 13h et 14h – 19h

Vous aimerez aussi...