Exposition “300 ou 400 briques” Nicolas Daubanes | Château de Jau

“300 ou 400 briques” Nicolas Daubanes

Du 29 juin au 30 septembre 2018

ateauhttp://www.chateaudejau.com

" Nicolas DaubanesL’exposition réalisée pour le château de jau présentera notamment deux nouveaux projets.
Le premier concerne le fort Monluc à Lyon, prison militaire, et plus particulièrement le sol du rez de chaussée. Une sérigraphie*, multipliée à 150 exemplaires, permettra le déploiement du calepinage du carrelage si spécifique du sol de cette prison occupée par les Allemands pendant la seconde guerre mondiale. Le second concerne le « détournement » de la chaine de montage d’une briqueterie. Certaines briques mal manipulées avant leur cuisson permettront d’envisager une révolte.
Cette exposition rassemblera également un ensemble de dessins produits ces dernières années et présentera un nouveau dessin mural en poudre de fer conçu pour le lieu.
* OEuvre coproduite avec la Chapelle Saint-Jacques centre d’art contemporain, Saint-Gaudens. Aucun bâtiment n’est innocent du 14 avril au 6 juin 2018
Nicolas Daubanes,Nicolas Daubanes, exposition Prix Mezzanine Sud, Les Abatoirs, Toulouse. Décembre 2017 – mars 2018.

« Ne pas se fier aux apparences qui font que l’on pourrait ne retenir du travail de Nicolas Daubanes que son aspect volontairement rugueux, un rien masculin : prédominance d’un univers carcéral pas vraiment douillet(…), valorisation de l’exploit sportif pur, de vélo ou de course de voiture, emploi récurent dans ses oeuvres de béton ou d’une poudre de fer brûlée récupérée sans hasard chez des aiguiseurs de tronçonneuses… Ce serait certainement se méprendre pleinement sur les implications de son travail, à vrai dire peu attiré par la glorification de la solidité ou de la puissance brute des matériaux, des individus ou des structures sociales. Ce serait aussi envisager ses oeuvres d’abord comme des formes ironiques et désinvesties.
Nicolas DaubanesCe serait enfin ne pas voir que son oeuvres se développe au contraire dans les fissures et les manques plus que dans les affirmations péremptoires. »
Camille Paulhan. Extrait de « Nicolas Daubanes, d’abord être en alerte » Texte publié dans l’édition monographique La vie de rêve. Lire aussi sur nicolasdaubanes.com

Nicolas Daubanes
Nicolas Daubanes est né en 1983, il vit et travaille actuellement à Perpignan.
En 2010 il obtient le DNSEP de l’école des beaux-arts de Perpignan avec les félicitations du jury. Depuis 2008 et une première expérience en milieu carcéral au sein de l’établissement pénitentiaire pour mineurs de Lavaur, Nicolas Daubanes multiple les expériences d’ateliers,
de résidences d’artistes, de professorat en prison. Il ouvre a présent son champs d’action en allant vers d’autres espaces sociaux dits « fermés », ou encore « empêchés ».
Il n’hésite pas a recréer des situations dans lesquelles il se met à l’épreuve, interrogeant ainsi plus largement les limites de l’existence et de la condition humaine.
Sa première monographie est parue en 2016, « La vie de rêve », textes de Camille Paulhan et Christine Blanchet
Il est représenté par la galerie Maubert, Paris
Il enseigne à l’école des Beaux-arts de Tarbes et de Pau.

Château de jau- 66600 Cases de Pène – France