Berlinde De Bruyckere « Piller | Ekphrasis » – Montpellier

17 juin 2022, de 18h à 21h

Berlinde De Bruyckere « Piller | Ekphrasis »

Du 18 juin au 2 octobre 2022- Vernissage vendredi 17 juin 2022, de 18h à 21h

“ Il s’agit de ma plus importante exposition personnelle dans une institution en France. Je suis fière de cette collaboration et de pouvoir montrer au public de nouvelles œuvres, dans des espaces d’exposition exceptionnels.”
Berlinde De Bruyckere

L’exposition personnelle de Berlinde De Bruyckere cet été au MO.CO. est à ce jour la plus ambitieuse présentation de son œuvre en France. A cette occasion, le MO.CO. inaugure un nouveau chapitre de son histoire, avec une programmation qui intègre désormais de vastes expositions monographiques.

Conçue en étroite collaboration avec l’artiste, l’exposition rassemble une cinquantaine d’œuvres réalisées entre 1999 et 2022, et six nouvelles œuvres produites spécialement pour le projet montpellierain. Explorant tous ses médiums de prédilection (sculptures, installations, dessins, aquarelles et collages), elle investit l’ensemble des espaces.

Si le martyre, la rédemption, la métamorphose, thèmes connus du travail de Berlinde De Bruyckere, seront essentiels dans l’exposition du MO.CO., celle-ci s’attachera également à des aspects moins soulignés, tels que l’érotisme ou les relations et hybridations de l’humain, du végétal et de l’animal, ainsi que les notions de travail et d’exploitation.

Sous la direction artistique de Numa Hambursin, directeur général

Co-commissariat : Vincent Honoré, directeur des expositions, Rahmouna Boutayeb, curator, et Anna Kerekes, senior curator

Biographie

Née à Gand, en Belgique, en 1964, où elle vit et travaille aujourd’hui, Berlinde De Bruyckere a été profondément influencée par la peinture de la Renaissance flamande. Puisant dans l’héritage des grands maîtres européens, l’iconographie religieuse, comme la mythologie antique ou les cultures traditionnelles, son travail repose sur une dialectique éprouvée entre les images de l’actualité et le souffle des paraboles universelles et intemporelles. En expérimentant des matériaux malléables, tels que la cire, le tissu ou la peau animale, Berlinde De Bruyckere a bâti une œuvre singulière, à la fois identifiable et mouvante, parfois dérangeante, qui traduit dans la chair des sculptures le paradoxe énoncé par Lao-Tseu de la « sublime faiblesse ». Travail de peintre autant que de sculptrice, ses formes hybrides, humaines, animales et végétales, possèdent une enveloppe – peau diaphane ou écorce – sous laquelle palpitent de fines veines, une sève qui ne cesse de couler et témoigne de l’espérance contenue dans le miracle de chaque vie.

Le travail de Berlinde De Bruyckere a fait l’objet d’expositions dans d’importantes institutions internationales. Elle a représenté la Belgique lors de la 55ème Biennale de Venise, en 2013, en collaboration avec le prix Nobel de littérature J.M. Coetzee

MO.CO Hôtel des collections, 13 rue de la république, 34000 Montpellier

Aller au contenu principal